Préparatifs d’un putsch au Venezuela: Moscou met en garde Washington

Préparatifs d’un putsch au Venezuela Moscou met en garde Washington
Préparatifs d’un putsch au Venezuela Moscou met en garde Washington

Après avoir reçu des informations selon lesquelles les États-Unis auraient établi un contact avec des militaires vénézuéliens, Moscou a mis en garde Washington contre le recours à la force à l’égard d’un pays souverain, tout en dénonçant une éventuelle provocation susceptible de faire des victimes.

De plus en plus d’indices portent à croire qu’un coup d’État militaire au Venezuela devient une priorité pour les États-Unis, a déclaré ce jeudi le ministère russe des Affaires étrangères, par la voix de sa porte-parole, Maria Zakharova. «Tout se résume à la mise en place d’une idée fixe, la mise en place d’un coup d’État militaire dans un pays souverain, au renversement de son leader légitime soutenu par le peuple et par l’armée», a indiqué la diplomate, intervenant lors d’un point presse.

«Les militaires vénézuéliens sont ouvertement incités à la révolte. Des appels destinés aux forces armées d’un autre État souverain pour qu’elles se rangent du côté de nouveaux dirigeants politiques, sortent de la bouche de hauts responsables à Washington», a-t-elle poursuivi. Avant d’ajouter: «Et après cela, au nom de quel droit moral les États-Unis discourent-ils de la démocratie et des bases légales au sein d’un État distinct et sur la scène internationale? Ils n’en ont aucun.»

Afin de justifier une intervention militaire extérieure, une provocation entraînant des effusions de sang pourrait être orchestrée, sous la forme d’une intervention humanitaire, selon la porte-parole. Moscou a appelé à se retenir de tout geste capable de provoquer une escalade de tensions, tout en défendant de politiser la question de l’aide humanitaire. Tous les sujets liés aux actions humanitaires devraient être discutés conformément aux normes internationales, y compris avec la participation de la représentation de l’Onu à Caracas, ou d’autres organisations humanitaires.

Lors d’une conversation téléphonique avec son homologue américain Mike Pompeo, le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, a mis en garde Washington contre toute ingérence militaire au Venezuela, a déclaré M. Zakharova.

Le 3 février, Donald Trump avait indiqué qu’il considérait le recours à l’armée états-unienne au Venezuela comme «une option» face à la crise politique qui secoue le pays. Caracas a condamné cette déclaration, dénonçant une «violation des normes du droit international et de la Charte de l’Onu».

La Russie se dit prête à proposer sa médiation dans le conflit vénézuélien, mais ce n’est qu’à condition qu’elle soit réalisée au format multilatéral. «Nous prêtons une grande attention au format de médiation qui a été proposé par le Mexique, l’Uruguay et les pays de la Communauté caribéenne», a fait remarquer M. Zakharova.

Réagissant à la rencontre des Présidents des États-Unis et de la Colombie, Nicolas Maduro, Président du Venezuela, l’a qualifié de «fête de la haine» envers son pays. Il a ajouté que Trump avait à nouveau brandi le sceptre d’une intervention militaire sur le territoire vénézuélien.

Selon ce dernier, la campagne «Hands Off Venezuela» qui vise à recueillir des signatures contre l’intervention américaine dans les affaires intérieures du pays, se poursuivra. Il avait auparavant promis de totaliser 10 millions de signatures avant d’appeler de nouveau la population à signer ce document «Le Venezuela a des droits moraux et une constitution, et le Venezuela les fera respecter, qu’il pleuve, qu’il vente ou qu’il y ait de la foudre», a souligné N. Maduro.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.