A. Akhhichine expulsé du PAM: A quoi joue H. Benchamach ?
A. Akhhichine expulsé du PAM: A quoi joue H. Benchamach ?

En proie à une fronde qui se renforce au fil des jours, le PAM est menacé de se vider de ses compétences. S’il ne succombe pas avant au syndrome des scissions qui a marqué de son empreinte la majorité des formations politiques du pays.

Le S.G de cette formation politique d’opposition vient de décider ni plus ni moins que l’expulsion d’Ahmed Akhchichine, numéro 2 du parti et Président de la Région Marrakech-Safi.
Hakim Benchamach explique sa décision « vu le manque d’engagement » du congédié concernant « les accords conclu » et entérinés par le BP, le Bureau fédéral et le secrétariat général du parti.

Le secrétaire général du PAM reproche à A. Akhchichine d’avoir failli à la mission qui lui incombait et qui consistait à la révision et à l’amélioration de la conception de la feuille de route du parti, telle que préconisée par Benchamach.
Ce dernier, rappelle-t-on, a aussi évoqué  les tentatives d’Akhchichine « d’alimenter les sources de tension » au sein du parti en soulignant on implication effective dans la rébellion contre la « légitimité démocratique », et les « constances  organisationnelles »  du parti.  La réunion du 18 mai courant pour l’élection du président de la Commission préparatoire  du 4ème Congrès national illustre bien les manquements reprochés au numéro deux du parti.

La décision du chef contesté du PAM n’aura pas manqué de faire réagir nombre de ténors du parti décidé à voler au secours d’A. Akhchichine.
Ainsi, on prête à pas moins d’une douzaine de membres du BP du PAM la volonté de contrer une décision qu’ils jugent « injustes » prononcée à l’encontre de l’un des sages de la formation du tracteur.
Une réunion d’évaluation de la situation était prévue en ce début de semaine… Ce qui renforce les appréhension de nombre de cadres et de militants du PAM.

L’atmosphère de guéguerre s’avère des plus lourdes pour une formation qui peine à se relever depuis le départ intempestif d’Ilyas El Omary.
Autre « leader » contesté qui n’avait pas réussi à placer le PAM à la tête des formations politiques du pays.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.