A. Lieberman attendu jeudi à Moscou: Maintenir le front du Golan gelé…

A. Lieberman attendu jeudi à Moscou: Maintenir le front du Golan gelé…

Erreur de la base de données WordPress : [Got error 28 from storage engine]
SELECT `wp_adrotate`.`id`, `wp_adrotate`.`title`, `wp_adrotate`.`bannercode`, `wp_adrotate`.`image`, `wp_adrotate`.`tracker`, `wp_adrotate_linkmeta`.`group` FROM `wp_adrotate`, `wp_adrotate_linkmeta` WHERE ( `wp_adrotate_linkmeta`.`group` = 1) AND `wp_adrotate_linkmeta`.`user` = 0 AND `wp_adrotate`.`id` = `wp_adrotate_linkmeta`.`ad` AND (`wp_adrotate`.`type` = 'active' OR `wp_adrotate`.`type` = '2days' OR `wp_adrotate`.`type` = '7days') GROUP BY `wp_adrotate`.`id` ORDER BY `wp_adrotate`.`id`;

Le ministre israélien de la Défense, Avigdor Lieberman, attendu à Moscou, sera accompagné du chef du renseignement militaire israélien (AMAN) et du directeur du département politique et militaire du ministère. Le ministre israélien doit rencontrer son homologue russe Sergueï Chouigou le 31 mai à Moscou, a précisé un représentant de l’ambassade.

La rencontre prévue jeudi à Moscou entre A. Lieberman et S. Choïgou, précédemment annoncée par le service de presse du ministre israélien, devrait sans aucun doute aborder l’évolution de la question syrienne depuis que Damas a décidé d’envoyer des renforts vers Deraa. Un facteur d’inquiétude pour Tel-Aviv qui y voit « une menace iranienne » qui se précise non loin du Golan syrien occupé.

Des informations avaient circulé ces derniers temps quant à l’imminence d’un deal israélien avec Moscou. Deal qui, selon une chaîne de télévision israélienne, prévoit qu’en échange de la promesse de Moscou de garder à l’écart l’Iran et le mouvement Hezbollah, Tel Aviv accepterait que Damas déploie ses troupes près de la ligne de démarcation israélo-syrienne. La Russie a assuré la médiation lors des négociations, précise la chaîne TV. La zone près de la ligne de démarcation israélo-syrienne fait partie de la zone de désescalade créée en 2017 à la suite de pourparlers entre la Russie, les États-Unis et la Jordanie.

Tel-Aviv est depuis longtemps préoccupé par le déploiement de bases militaires iraniennes sur le territoire syrien, notamment à ses frontières, et a détruit successivement tous les ouvrages qu’il considérait comme iraniens. Téhéran a assuré pourtant ne disposer d’aucune base en Syrie et que sa présence dans ce pays, avec l’aval de Damas, n’excède pas les conseillers militaires.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.