Agriculture: Campagne compromise, sauf miracle !
Agriculture: Campagne compromise, sauf miracle !

La Direction des Études et  des Prévisions  Financières vient de publier sa première note de conjoncture au titre de l’année 2020.
Bien qu’en affichant un certain optimisme quant à la reprise de l’économie nationale, en particulier du fait d’une reprise anticipée de la demande extérieure, la note ne cache pas ses réserves quand à l’évolution du secteur primaire, et particulièrement l’agriculture dont la saison semble pour le moins compromise.

Et pour cause, au 31 décembre 2019, le cumul pluviométrique de la campagne agricole 2019/2020 aurait atteint 124,5 mm, au lieu de 199,5 mm à la même date de l’année précédente, soit une baisse de 37,6% par rapport à la campagne précédente et de 13,6% par rapport à la moyenne des cinq dernières années.
Ce déficit pluviométrique au début de l’actuelle campagne a caractérisé la majorité des régions pour donner lieu à un taux de remplissage des barrages à usage agricole de 47,6% au lieu de 60,2% il y a une année.

Ceci n’a pas manqué de toucher le couvert végétal qui, d’après le Centre Royal de Télédétection Spatiale (CRTS), a été marqué à la fin du dernier mois de l’année 2019 par une situation moyenne à faible dans la majorité des régions agricoles, à l’exception de Tanger-Tétouan-Al Hoceima et Rabat-Salé-Kénitra où une amélioration a été observée au cours du mois de décembre 2019.

La comparaison de la saison en cours avec celle de l’année dernière montre une situation globalement similaire à légèrement inférieure dans les régions de Beni Mellal-Khenifra, Marrakech-Safi et Souss-Massa, soit les régions les plus productives pour le secteur.
À moins d’un miracle, l’impact d’une mauvaise saison agricole ne manquera pas de plomber tout espoir de reprise en 2020.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.