Agriculture et changement climatique: M. Jazouli plaide pour une unité africaine
Agriculture et changement climatique: M. Jazouli plaide pour une unité africaine

 L’Université Mohammed VI Polytechnique de Benguérir a accueilli, mardi, la 2ème Conférence ministérielle annuelle de l’Initiative africaine d’adaptation aux changements climatiques (Initiative AAA), une solution à fort potentiel pour lutter contre l’insécurité alimentaire et le changement climatique en Afrique.

Cet événement de haut niveau, organisé en partenariat avec l’UM6P et le groupe OCP, réunit 28 délégations étrangères, dont 20 ministres africains, des représentants de gouvernements africains, d’institutions financières internationales telles la Banque Mondiale, l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), la Banque Africaine de Développement (BAD), des donateurs, ainsi que plusieurs scientifiques de renommée internationale.

Lors de son intervention servie à l’ouverture de cette conférence tenue sous le thème « La sécurité alimentaire face au changement climatique », le ministre délégué auprès du ministre des Affaires étrangères, de la Coopération africaine et des Marocains résidant à l’Etranger, Mohcine Jazouli, a plaidé pour la fédération des efforts pour relever le défi de la mise en place d’une agriculture africaine capable de surmonter les contraintes liées aux changements climatiques.
« C’est pour cela que nous sommes là, tous ensemble, pour s’unir et réussir ce grand défi, celui de mettre en place une agriculture africaine en mesure de surmonter les contraintes liées aux changements climatiques« , a affirmé M. Jazouli qui intervenait à l’ouverture des travaux de la 2ème Conférence ministérielle annuelle de l’Initiative africaine d’adaptation aux changements climatiques (Initiative AAA).

Dans ce cadre, le ministre a souligné que les objectifs de l’Initiative AAA sont clairs en ce sens qu’il s’agit de capter plusieurs milliards de dollars annuels du Fonds Climat pour financer des initiatives déjà existantes au sein des pays et qui répondent aux domaines identifiés à savoir : la gestion des sols, la maîtrise de l’eau agricole etc.
M. Jazouli a également expliqué que l’agriculture demeure un secteur « primordial » en Afrique, faisant remarquer qu’elle représente 25 à 35% des emplois directs selon les pays, génère les revenus de près de 70% de la population africaine, et représente un potentiel énorme puisque 65% des terres arables non cultivées se trouvent sur le Continent.
Et de poursuivre que malgré tous ces chiffres, l’Afrique n’attire à ce jour que 5% de l’ensemble des financements liés au climat, dont seulement 4% alloués à l’agriculture.  « Partant de ce constat, l’Initiative AAA répond à la problématique des pays africains puisqu’elle devra canaliser le financement des projets d’adaptation de l’agriculture, tout en aidant à la mise en place de solutions innovantes qui répondent aux besoins spécifiques des pays africains membres« , a-t-il soutenu.
Et le ministre de conclure que « ce n’est qu’en conjuguant nos efforts, en tendant la main aux bailleurs de fonds internationaux et en s’engageant plus sérieusement qu’on pourra façonner une agriculture africaine performante et résiliente« .

Dans le cadre de cet événement de haut niveau, une journée scientifique a été organisée, lundi, au cours de laquelle une cinquantaine d’experts et scientifiques internationaux de premier plan ont débattu des problèmes de sécurité alimentaire posés par le changement climatique en Afrique.

Une table ronde des donateurs a également eu lieu et était l’occasion pour les différentes institutions financières d’examiner la mobilisation de fonds financiers.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.