Al-Qaida réactivée au Mali : Attaques meurtrières

Onze soldats maliens ont été tués dans une attaque contre un camp dans la région de Tombouctou, dans le nord du Mali. Cette attaque est la deuxième plus meurtrière en un mois, après celle qui a ciblé, le 2 juillet, un contingent burkinabè de la Mission de l’ONU au Mali  (Minusma) au sud-ouest de la ville de Tombouctou, faisant six tués. L’opération avait alors été revendiquée par Al Qaîda au Maghreb islamique  (Aqmi). «Des hommes armés non identifiés ont attaqué le poste de sécurité de la Garde nationale du Mali (composante de l’armée) de Gourma-Rharous», à environ 140 km à l’est de Tombouctou, indique le gouvernement malien dans un communiqué. «Le bilan est de onze gardes tués et un blessé», affirme-t-il, en condamnant un «acte terroriste, lâche et barbare perpétré par des individus sans foi ni loi».  Concentrées dans le nord du Mali, les attaques djihadistes se sont étendues depuis le début de l’année vers le centre, puis à partir de juin dans  le Sud, près des frontières ivoirienne et burkinabè. Le 2 juillet, des Casques bleus burkinabè rentraient à leur base lorsqu’ils sont tombés dans une embuscade à moins de 50 km au sud-ouest de Tombouctou, selon la Minusma. Bilan : six morts et deux blessés dans leurs rangs, deux véhicules détruits par les assaillants. Et tout récemment encore, deux militaires maliens ont été tués et quatre blessés dans une nouvelle embuscade vers Nampala, ville-garnison dans la région de Ségou (centre) proche de la frontière mauritanienne, qui avait déjà été visée par une  attaque djihadiste meurtrière en janvier. Ces attaques illustrent la difficulté d’isoler les djihadistes des rebelles, ayant signé le 20 juin un accord de paix entériné par le camp gouvernemental le15 mai.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.