Alami Lazrak: Seigneur de la terre

Il y a les seigneurs de la guerre. Mais chez nous, on trouve aussi les seigneurs de la terre. Lazrak a certainement réussi à se tirer de la guerre de l’ERAC, à Marrakech, sans le moindre bleue. Et c’est ce qui fait son bonheur d’aujourd’hui, lui dont la success story s’est illustrée plus dans sa carrière privée que publique… En tout cas, il n’a gardé de son passage public que ce port altier et cette arrogance du chef bien calé dans son fauteuil « présidentiel ». Le monde des médias bouge lorsqu’il les sonne. Et c’est un défaut dans la cuirasse que ne lui pardonnèrent guère ses bailleurs de fonds appelés à la rescousse pour sauver ses meubles. Mais c’est une autre histoire. Toujours est-il que le Groupe Alami vit mal sa transition : la convalescence s’avère douloureuse pour un corps fatigué d’un excès de cholestérol. Il fallait tailler dans le gras pour maintenir la tête hors de l’eau. Mais là, le seigneur de la terre s’est accoutré pour le régime en enfilant son uniforme de combat. Car la cure a été particulièrement poignante pour nombre de salariés jetés à la…rue. Face à leurs revendications, Lazrak ne fait dans l’art consommé du mélodrame. Il préfère fuir l’engagement. RSE où es-tu ?

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.