Alors que la colère est à son paroxysme : A. Doukkali et S. Amzazi rassurent !

Alors que la colère est à son paroxysme : A. Doukkali et S. Amzazi rassurent !
Alors que la colère est à son paroxysme : A. Doukkali et S. Amzazi rassurent !

Les ministères de l’Éducation nationale, de la formation professionnelle, de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique et de la Santé ont affirmé, mercredi, avoir interagi positivement avec les étudiants en médecine, en pharmacie et en médecine dentaire afin de surmonter « les contraintes rencontrées ».

Selon un communiqué conjoint publié à l’issue d’une réunion à ce sujet, les ministres ont rassuré les étudiants en affirmant que leurs revendications bénéficient de l’attention requise.

Dans ce cadre, des éclaircissements supplémentaires ont été présentés aux représentants des étudiants, note le communiqué, soulignant que le ministère de la Santé est déterminé à prendre toutes les mesures pour réhabiliter, élargir, améliorer et encadrer les espaces dédiés à la formation hospitalière, y compris les centres de Tanger et d’Agadir et à mettre en place les centres dentaires qui en dépendent à la disposition des facultés de médecine dentaire de Rabat et Casablanca.

Les deux départements œuvreront également à faciliter l’acquisition du matériel et des équipements nécessaires en vue de réaliser des travaux pratiques et des stages hospitaliers dans le domaine dentaire dans les meilleures conditions. Ils ont assuré qu’aucune décision n’a été prise pour la modification du statut juridique actuel du concours de recrutement des médecins, pharmaciens et médecins dentaires internes, relevant que le statut actuel « ne permet pas aux étudiants inscrits aux facultés de médecine privées de participation aux concours d’internat organisés par les facultés de médecine et de pharmacie ».

En ce qui concerne le concours des médecins, des pharmaciens et des médecins dentistes résidents, les parties ont convenu de poursuivre le dialogue dans l’optique de mener une réforme du 3ème cycle, avec la participation des représentants d’enseignants chercheurs et des représentants d’étudiants, tout en augmentant le nombre de postes à pourvoir.

S’agissant de l’examen national de qualification, il est organisé en trois sessions chaque année par les facultés de médecine et de pharmacie qui s’en chargent elles-mêmes, et ce à partir de la 7éme année pour le diplôme de docteur en médecine et la 6ème année pour les diplômes en pharmacie et en médecine dentaire, ajoute la même source. L’objectif de cette épreuve est d’évaluer les compétences professionnelles des étudiants titulaires d’un diplôme de médecine à l’étranger ayant soumis une demande d’équivalence de leurs diplômes.

Selon le communiqué conjoint, le ministère de l’Éducation nationale s’engage à réviser les cahiers des normes pédagogiques nationales (CNPN) concernant le diplôme de docteur en médecine, en pharmacie et en médecine dentaire afin de les mettre à jour et les améliorer, avec la contribution des représentants des enseignants chercheurs et des représentants des étudiants.

A l’instar des autres diplômes, notamment les diplômes de docteur en médecine, docteur en pharmacie et docteur en médecine dentaire, le ministère de l’Éducation nationale, de la formation professionnelle, de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique va faire en sorte, en coordination avec les départements concernés, que les étudiants en pharmacie puissent bénéficier d’indemnités de fonction pendant la cinquième année de formation. De même, les étudiants en médecine, en pharmacie et en médecine dentaire profiteront du système de couverture médicale obligatoire selon les procédures en vigueur.

Il a été également décidé d’impliquer tous les intervenants, en particulier les représentants des enseignants chercheurs et les représentants des étudiants dans les chantiers qui restent à mettre en œuvre en vue d’activer la réforme pédagogique des facultés de médecine et de pharmacie et des facultés de médecine dentaire et de tenir des réunions de suivi de manière semestrielle.

Il a été aussi décidé de réviser la circulaire 48/2017 relative à la gestion des stages pour les étudiants en médecine chargés des fonctions de médecin interne (septième année).

D’après le communiqué, « toutes les parties participantes ont enregistré avec confiance et satisfaction le climat positif de cette réunion et l’esprit de dialogue responsable qu’elles ont imprimé, et se sont engagées à travailler ensemble pour surmonter les obstacles, créer les conditions d’une bonne collecte et faire progresser le système médical au niveau escompté ».

Ont pris part à cette réunion notamment les secrétaires généraux des deux départements, les directeurs des CHU, les doyens des facultés de médecine et de pharmacie et de médecine dentaire, le secrétaire général du syndicat national de l’enseignement supérieur et des représentants des étudiants dans toutes les facultés de médecine et de pharmacie et les facultés de médecine dentaire.

Les étudiants des sept facultés de médecine, de pharmacie et de médecine dentaire du Maroc en grève réclament entre autres, un nouveau projet consensuel pour le déploiement des ressources humaines dans les zones enclavées, la revalorisation des indemnités des étudiants (3e à 5e année, 6e année et 7e année) et la révision de l’ordre des concours de résidanat, d’internat puis d’intégration. Comme ils revendiquent l’augmentation des gardes des médecins résidents qui n’ont pas été payés depuis 2011 et l’augmentation salariale des jeunes médecins qui touchent 8.000 DH par mois.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.