Anti-dopage au Maroc: L’hypocrisie du ministère!

Anti-dopage au Maroc: L'hypocrisie du ministère!
Au ministère de la Jeunesse et des sports, on persiste à recourir au rapiéçage quand il s’agit de grands problèmes. C’est le cas de la lutte contre le dopage.
Longtemps enfermée dans les tiroirs des bureaucrates, la loi relative à la prévention et à la lutte contre le dopage n’a été adoptée que l’année dernière. Au moment où l’on s’attendait à la promulgation des textes d’application pour son entrée en vigueur et en vue de la mise en place de l’Agence Nationale de Lutte contre le Dopage, la Direction du Sport semble se complaire dans une nonchalance troublante.
Hier jeudi au siège du ministère de la Jeunesse et des sports a eu lieu l’organisation d’une journée d’information sur l’engagement des fédérations sportives en matière de sensibilisation et de lutte contre le dopage. Une journée qui s’est tenue à la lumière des nouvelles dispositions du code mondial antidopage.
Comme le montrent bien les photos publiées sur le site web officiel du ministère, la plupart des acteurs des fédérations sportives ont brillé par leur absence. Et ce n’est pas cette absence qui est déplorée mais celle qu’on enregistre avec fiel chaque année: l’absence dans la convention d’objectifs de l’engagement des fédérations sportives dans la lutte contre le dopage par le biais d’un véritable programme d’action. Hormis la Fédération Royale Marocaine d’Athlétisme qui a son propre programme national, toutes les autres fédérations sportives sont en infraction avec la législation sportive internationale du fait que les compétitions nationales qu’elles organisent ne sont soumises à aucun contrôle antidopage.
Saupoudrées, les conventions d’objectifs signées entre les fédérations sportives et le MJS ne comportent pas le moindre centime consacré à sensibilisation et à la lutte contre le dopage.
Spécialité à part entière des médecins du sport, la journée d’information sur l’antidopage a été présidée et animée par Mustapha Azeroual, directeur du sport, un ingénieur-paysagiste. Autrement dit, au ministère de la Jeunesse et des sports on recrute les hommes qu’il faut à la place qu’il ne faut pas.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.