Arsenal russe renforcé par l’hypersonique: Le Pentagone s’avoue vaincu…

Arsenal russe renforcé par l’hypersonique: Le Pentagone s’avoue vaincu…

Les États-Unis n’ont rien à opposer aux armes hypersoniques de la Russie, a déclaré mardi le général John Hyten, commandant du commandement central américain, lors d’une séance tenue au Comité sénatorial des armées. Pour ce haut gradé de l’armée US, l’Amérique ne dispose pas de moyens de protection efficaces pour contrecarrer les armes hypersoniques de la Russie. «Nous n’avons aucune protection qui pourrait prévenir l’usage de tels armements contre nous», a déploré le militaire, cité par Business Insider.

Il a également indiqué que le seul moyen de s’en protéger était la «menace nucléaire». «Le cas échéant, nous pourrions recourir à nos forces de dissuasion, qui comprennent entre autres la triade et les possibilités nucléaires dont nous disposons», a conclu Hyten.

Le 1er mars dernier, Vladimir Poutine a présenté des images d’essais du système  hypersonique Kinjal d’une portée de 2.000 km devant les parlementaires russes. Selon lui, le missile Kinjal doté d’ogives conventionnelles ou nucléaires est capable de neutraliser tous les systèmes de défense antiaérienne et antimissile. Plusieurs systèmes Kinjal ont été livrés aux unités de la région militaire du Sud en décembre 2017 pour une exploitation d’essai.

Auparavant, un autre haut responsable du Pentagone avait exprimé ses inquiétudes face à la montée en puissance de la Russie. Le commandant de l’United States Pacific Command (USPACOM), l’amiral Harry Harris a exprimé ses préoccupations à propos d’exercices militaires de la Russie lors de son discours au Sénat américain. «Les forces nucléaires stratégiques russes sont modernisées et mènent régulièrement des exercices simulant des frappes nucléaires sur le territoire des États-Unis», a-t-il déclaré.

Des bombardiers russes Tu-95 volent le long des frontières des États-Unis, du Canada et dans d’autres régions comme le Japon, la péninsule coréenne et l’Indonésie pour préparer leurs équipages, a indiqué H.Harris. Il a jouté que les forces stratégiques terrestres simulaient aussi des frappes nucléaires et effectué des tirs d’exercice de missiles vers l’Amérique du Nord.

En plus, l’amiral a souligné l’augmentation du potentiel nucléaire russe en rapport avec la mise en service de sous-marins nucléaires russes de la classe Boreï équipés de missiles balistiques.

Des manœuvres avec la participation d’armes nucléaires est une pratique normale a indiqué l’expert militaire russe Ivan Konovalov en commentant l’intervention de H.Harris. «La disponibilité d’armes nucléaires dans un pays du club nucléaire prévoit que leur utilisation est possible en cas d’un incident hypothétique», a ajouté I.Konovalov.

Auparavant, le Kremlin a déclaré que Moscou n’entendait attaquer personne et que ces armes ne menaçaient pas les pays qui n’envisageaient pas d’attaquer la Russie.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.