Zoheir Chorfi, secrétaire général du ministère des Finances
Zoheir Chorfi, secrétaire général du ministère des Finances

Au terme de, Le Syndicat national démocratique des Finances (UMT) a décidé à l’issue de la réunion tenue samedi 11 mai, de se porter solidaire avec Zoheir Chorfi, secrétaire général du ministère des Finances, dans le bras de fer qui l’oppose à un groupe d’associations représentant les médecins du privé. En effet, ces dernières envisagent de le poursuivre en justice en raison des propos tenus, le 4 mai dernier, lors des 3e Assises de la fiscalité.

Zouhair Chorfi avait déclaré que certaines cliniques refusaient les paiements par chèque, minoraient parfois leurs revenus jusqu’à 90%, pratiquaient le black… En plus d’une pétition, le Syndicat appelle à un sit in devant son siège, ses représentations régionales ainsi que devant le siège du ministère des Finances, dans la matinée du mardi 21 mai.

La centrale demande également à la Direction générale des impôts (DGI) de publier les chiffres exacts sur la contribution fiscale des cliniques et des médecins ainsi que la liste des fraudeurs. Elle exhorte par ailleurs les citoyens à boycotter les médecins fraudeurs ou qui refusent les chèques. Un groupe d’avocats sera aussi mandaté par le syndicat pour défendre le secrétaire général des Finances.

Pour rappel, Z. Chorfi n’aura dit tout haut que ce que tout le monde dit tout bas. Réagissant aux lamentations exprimées par Hassan Afilal, vice-président de l’Association nationale des cliniques privées (ANCP), le responsable marocain a tenu le discours qu’il faut. Voire même en-deçà de ce qu’il aurait fallu dire. «Ce que j’ai entendu ce matin m’a choqué. Que quelqu’un minore ses revenus de 10 ou 20%, je n’ai pas de problème, de toute façon, personne n’aime payer des impôts, mais quand il les minore de 90%, là j’ai un problème». Propos de Z. Chorfi qui lui ont valu ovation de la part de l’assistance.

La contribution moyenne des médecins spécialistes aux impôts s’est élevée en 2018 à 57.915,40 DH par personne. Le quotidien L’Economiste qui rapporte ces informations souligne qu’environ les 2/3 ont payé moins de 30.000 DH d’IR. Au total, cette population a contribué pour 359,1 MDH aux recettes de l’IR professionnel. Pour leur part, les dentistes se sont acquittés de 62,7 MDH d’impôts, à raison de 10.984,50 DH par personne. Plus des 2/3 ont payé moins de 10.000 DH. Ils sont suivis des généralistes dont la contribution moyenne s’est élevée en 2018 à 10.017,5 DH d’impôt. 70% d’entre eux ont payé moins de 10.000 DH d’IR. Soit à peine 47,2 millions de DH en 2018.

En 2018, rappelle le même quotidien, les recettes de l’IR ont atteint 44,15 milliards de DH contre 40,87 milliards de DH l’année précédente, soit une hausse de 8% (3,27 milliards de DH). Elles ont été assurées à hauteur de 73% par les retenues à la source sur la rémunération des salariés du privé et des fonctionnaires.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.