Avoirs algériens en Suisse: Lorsque les banquiers retirent leur parapluie…
Avoirs algériens en Suisse: Lorsque les banquiers retirent leur parapluie…

Erreur de la base de données WordPress : [Got error 28 from storage engine]
SELECT `wp_adrotate`.`id`, `wp_adrotate`.`title`, `wp_adrotate`.`bannercode`, `wp_adrotate`.`image`, `wp_adrotate`.`tracker`, `wp_adrotate_linkmeta`.`group` FROM `wp_adrotate`, `wp_adrotate_linkmeta` WHERE ( `wp_adrotate_linkmeta`.`group` = 1) AND `wp_adrotate_linkmeta`.`user` = 0 AND `wp_adrotate`.`id` = `wp_adrotate_linkmeta`.`ad` AND (`wp_adrotate`.`type` = 'active' OR `wp_adrotate`.`type` = '2days' OR `wp_adrotate`.`type` = '7days') GROUP BY `wp_adrotate`.`id` ORDER BY `wp_adrotate`.`id`;

Depuis juin dernier, Crédit Suisse et UBS, deux grandes banques suisses, ont officiellement écrit à plusieurs de leurs clients algériens pour leur donner un « délai de deux mois » afin de « changer leurs domiciliations bancaires » et de clôturer leurs comptes dans ces deux établissements.

Les deux banques suisses ne veulent plus s’afficher avec des personnalités politiques ou hauts responsables algériens au moment où l’Algérie est en train de connaître un important mouvement révolutionnaire et une opération « mains propres » qui a conduit les milliardaires du pays et les hommes politiques les plus influents à la prison d’El-Harrach.

Le site Part Algérie explique que les deux banques suisses veulent échapper ainsi au « gel des avoirs du clan Bouteflika » décidé par Berne à la suite des réclamations déposées par un collectif d’avocats algériens établis en Europe.

L’argent algérien est aujourd’hui considéré comme un revenu de source douteuse et potentiellement illégal.
Les grandes banques suisses ne veulent pas prendre le risque d’entacher leur réputation en conservant les comptes des personnalités algériennes.

Les Algériens ciblés par cette mesure ne sont pas tous forcément des hauts responsables occupant des fonctions au sommet de l’Etat, signale le même site. Car parmi les détenteurs de comptes à l’UBS ou Crédit Suisse, on y trouve de nombreux cadres des administrations algériennes. Des comptes abritant des sommes peu considérables évalués à quelques milliers de francs suisses.

Certains diplomates algériens à la retraite et des businessmans cités dans des dossiers de corruption en Algérie figurent sur cette liste des personae non gratae établie par les banques suisses.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.