Budget sectoriel du ministère de la Jeunesse et des Sports:  Des députées pointent du doigt le Directeur du sport

Budget sectoriel du ministère de la Jeunesse et des Sports:  Des députées pointent du doigt le Directeur du sport Budget sectoriel du ministère de la Jeunesse et des Sports:  Des députées pointent du doigt le Directeur du sport
C’est un sacré réquisitoire contre le Directeur du Sport auquel on a assisté, lundi dernier, à l’hémicycle à l’occasion de la discussion du budget sectoriel du ministère de la Jeunesse et des Sports.
Deux députées du RNI et de l’USFP sont montées au créneau pour fustiger le Directeur du sport devant le nouveau ministre de la Jeunesse et des Sports, Rachid Alami Talbi, lequel n’a pas dissimulé son fiel. Considérée comme la clef de voûte du ministère, cette direction du sport est défaillante sur tous les plans en commençant par son directeur, Mostafa Azeroual, pour ne pas le nommer. Et ce n’est pas surprenant quand on découvre l’impéritie de cet ingénieur-paysagiste, lauréat de l’institut Agronomique et Vétérinaire Hassan II de Rabat, recyclé on ne sait par quel miracle dans le sport.
Il est clair que la responsabilité des dérives récurrentes qui minent la gouvernance des fédérations sportives incombe en premier lieu à la complaisance du directeur du sport. (Cf: PERSPECTIVES MED ).
Le modèle des conventions d’objectifs est à bout du souffle. L’absence d’une véritable évaluation et d’un suivi pour accompagner les fédérations sportives donne du fil à retordre. Encore faut-il ajouter le déficit déroutant en matière de cadres de haut niveau qui pourraient revigorer la Direction du sport.
Le cas du CNOM, ce Comité National Olympique Marocain est d’autant plus flagrant que décideurs trempent dont l’opacité et l’improvisation depuis plus de deux décennies sans rendre les comptes ni avoir à renouveler les instances pour les élire après l’adoption de nouveaux statuts en novembre de l’année écoulée.
Beaucoup reste à faire et le nouveau ministre de la Jeunesse et des Sports ne doit pas faire dans la dentelle. Il doit commencer par assainir le ministère et moraliser la gouvernance financière des fédérations sportives en sommant leurs dirigeants à se soumettre au sacro-saint principe : la responsabilité et la reddition des comptes. Déjà, il y a des fédérations sportives qui doivent restituer des deniers publics qu’ils ont dilapidés à tort et à travers. Allusion faite aux fédérations de Basket-ball, des Échecs, du Tennis de Table, du Tir à l’Arc entre autres. Ce sont des milliards de centimes des contribuables qui ont été détournés devant la myopie du sieur Directeur du sport. A suivre.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.