Campagne de Tripoli : K. Haftar rejette toute trêve…
Campagne de Tripoli : K. Haftar rejette toute trêve…

Un avion militaire appartenant au gouvernement d’union nationale (GNA), présidé par Fayez al-Sarraj, a été abattu par l’Armée nationale libyenne de Khalifa Haftar, rapporte Sky News Arabia. L’avion a été abattu dans la région d’Al-Hir, au sud de Tripoli. Les forces de l’Armée nationale libyenne avaient déjà détruit des aéronefs du gouvernement d’union nationale.

Le maréchal Khalifa Haftar a demandé dimanche à ses troupes, qui tentent depuis un mois de prendre le contrôle de Tripoli, de se battre avec davantage de ferveur alors que débute ramadan, quelques heures après que les Nations unies ont lancé un appel à une trêve humanitaire d’une semaine en Libye. K. Haftar avait déjà défié les Nations le mois dernier en lançant une offensive sur Tripoli au jour de la visite du secrétaire général de l’Onu, Antonio Guterres, dans la capitale libyenne afin de préparer une conférence sur la paix.

Dans un enregistrement audio diffusé par un porte-parole de l’Armée nationale libyenne (ANL), le maréchal souligne que le jeûne du ramadan n’avait pas justifié par le passé l’arrêt des combats qui avaient permis à l’ANL de s’emparer des villes de Benghazi et Derna, dans l’est du pays, après la chute de Kadhafi en 2011.

Les Nations unies avaient lancé plus tôt dans la journée un appel à une trêve humanitaire d’une semaine en Libye, où les forces du maréchal Haftar affrontent, pour le contrôle de Tripoli, celles fidèles au gouvernement d’union nationale (GNA) reconnu par la communauté internationale.

Dans un communiqué, la mission d’appui des Nations unies en Libye (Manul) demande que les belligérants observent un cessez-le-feu à partir de lundi matin 04h00 (02h00 GMT), date retenue pour coïncider avec le début du jeûne du ramadan.

Des tirs d’artillerie pouvaient être entendus dimanche en provenance de la périphérie sud de Tripoli, où les forces d’Haftar cherchent à enfoncer les défenses des milices fidèles au GNA. Les combats ont fait 50 000 déplacés et environ 400 morts, selon l’ONU.

Abu Dhabi sur la sellette !

A signaler par ailleurs que des experts de l’ONU enquêtent sur une possible implication militaire des Emirats arabes unis dans le conflit en Libye, après des tirs de missiles en avril avec des drones de fabrication chinoise équipant l’armée émiratie, selon un rapport auquel l’AFP a eu accès lundi.

Les missiles air-sol utilisés sont de type Blue Arrow, notent dans ce rapport confidentiel les experts, qui ont étudié des photos de fragments de ces armes après leur utilisation les 19 et 20 avril dans la banlieue sud de Tripoli. Ces missiles sont en dotation dans trois pays – Chine, Kazakhstan et Emirats arabes unis – en étant couplés avec le drone de fabrication chinoise Wing Loong.

«Le groupe d’experts enquête sur l’utilisation probable de variantes du drone Wing Loong par l’ANL», «ou par une tierce partie en soutien de l’ANL», précise le rapport. Il est «presque certain» que ces missiles n’ont pas été fournis directement par le fabriquant ou par la Chine à la Libye, ajoutent les auteurs.

Les Emirats arabes unis, l’Arabie saoudite et l’Egypte sont considérés comme les plus grands soutiens du maréchal Haftar qui a lancé depuis le 4 avril une offensive pour prendre le contrôle de Tripoli. Jeudi, les Emirats ont encore affirmé que la lutte contre «l’extrémisme et le terrorisme» devait être une priorité en Libye.

Abou Dhabi, qui a une politique de tolérance zéro envers les mouvements de l’islam politique (notamment les Frères musulmans), estime que de nombreuses milices de Tripoli et de l’ouest libyen en général en sont proches. Dans leur document remis récemment au Conseil de sécurité, les experts de l’ONU soulignent que le recours aux drones Wing Loong s’apparente à un non-respect de l’embargo sur les armes décrété en 2011 pour la Libye, avec «un système d’armes présumé jamais vu jusqu’alors» dans ce pays.

Al-Sarraj en tournée

En parallèle, Fayez al-Sarraj, patron du GNA devait entamer mardi une tournée des principales capitales européennes pour y « réunir des soutiens contre l’agression » du maréchal K. Haftar, a annoncé la veille le ministère des Affaires étrangères. Le Premier ministre du GNA, gouvernement reconnu par la communauté internationale, rencontrera successivement le chef du gouvernement italien Giuseppe Conte mardi matin, la chancelière allemande Angela Merkel à Berlin dans la soirée, puis le président français Emmanuel Macron mercredi à Paris, détaille un communiqué du porte-parole du ministère. Une visite en Grande-Bretagne est également envisagée.

Après une progression rapide, les troupes du maréchal Haftar piétinent depuis un mois aux portes de Tripoli, barrées par les forces loyales au GNA, dont font partie des groupes armés de la ville de Misrata. Des combats se déroulent quotidiennement dans la banlieue sud de la capitale et au sud de la ville.

La visite à Paris revêt une importance particulière pour le GNA qui a multiplié les accusations contre la France soupçonnée de soutenir l’homme fort de Benghazi. Les autorités françaises ont toujours démenti, affirmant leur opposition à une opération militaire et leur attachement à « un processus politique sous l’égide de l’ONU ».

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.