Casablanca : un drame immobilier de plus ou de trop ?

Casablanca : un drame immobilier de plus ou de trop ?
Le bilan est lourd : 4 morts et 24 blessés dans l’effondrement, samedi dernier, d’un immeuble de quatre étages dans le quartier populeux de Sebata. Un effondrement qui intervient juste après la publication par le ministère de l’Habitat d’un manuel de normes à respecter dans tout bâti. Certes, les autorités locales ont été mobilisées par ce drame où l’on a vu, parmi les badauds, Abdelkarim Ghellab, ex-ministre de l’Equipenet et élu de la circonscription. Mais de Nabyl Benabdellah, point de trace lui qui s’est contenté de dire qu’il n’était pas responsable du drame. D’après les responsables de la commune de Sbata, le propriétaire avait obtenu, en 2014, une autorisation officielle pour construire deux étages supplémentaires tout en précisant que le propriétaire n’avait pas encore reçu le permis d’habiter. Le président de la commune a ajouté que le propriétaire n’avait pas encore reçu le permis d’habiter. N’empêche que tous les appartements étaient occupés ; un médecin, un notaire et des familles étaient logés au-dessus d’un café. Le parquet a déjà ordonné une enquête et le propriétaire, aux arrêts, est auditionné dans les locaux de la police judiciaire.
Il y a lieu de rappeler que la capitale économique n’est pas à son premier effondrement près. Entre 2009 et 2014, cette dernière année étant qualifiée de « noire » au vu des dégâts occasionnés par le drame d’Al Hank, pas moins de 8 habitations menaçant ruine avaient fini par s’effondrer causant la mort de 35 personnes. Avec ce nouveau drame de Sebata, il y a de quoi s’alarmer sachant que Casablanca compte toujours près de 7.000 habitations menaçant ruine selon un rapport du ministère de l’Habitat et de la politique de la ville. Dès lors, il y a lieu de s’interroger sur les risques encourus. Le drame de Sebata, un drame de plus ou un drame de trop ? N. Benabdellah, ministre de l’Habitat doit répondre…

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.