Catastrophes naturelles: L’Argentier engage l’Etat
Catastrophes naturelles: L’Argentier engage l’Etat

Le ministre de l’Économie et des finances, Mohamed Benchaaboun, a procédé en fin de semaine dernière à la signature de la convention relative à la couverture des conséquences d’événements catastrophiques, entre l’État, le Fonds de Solidarité des Événements Catastrophiques (FSEC), la Société Centrale de Réassurance (SCR) et la Compagnie d’Assurance Transport (CAT).

Dans son allocution servie à l’occasion, le ministre a affirmé que la signature de cette convention constitue une étape importante dans la mise en vigueur du régime de couverture contre les conséquences d’événements catastrophiques, institué par la loi n°110-14, qui couvre à la fois les phénomènes naturels d’intensité anormale comme les tremblements de terre et les inondations que l’action violente de l’homme à l’image des actes terroristes.

Il a ainsi été précisé que ladite convention fixe les conditions et les modalités selon lesquelles la SCR et la CAT bénéficient de la garantie de l’Etat destinée à couvrir le risque de défaut de placement auprès des réassureurs étrangers ou la défaillance de ces derniers.

À cette occasion, il a été rappelé que la loi n°110-14, instituant un régime de couverture des conséquences d’événements catastrophiques, a mis en place un régime mixte d’indemnisation des victimes d’événements catastrophiques, combinant un système assurantiel au profit des assurés et un système allocataire pour les personnes physiques non assurées. ​

Ainsi, pour le système assurantiel, la loi a instauré l’obligation d’inclure la garantie contre les conséquences événements catastrophiques dans les contrats d’assurance couvrant les dommages aux biens ou la responsabilité civile en raison des dommages corporels et matériels causés aux tiers.
Cette garantie couvre les personnes ayant souscrit un contrat d’assurance contre le préjudice corporel et tous les biens assurés comme la maison, les commerces ou encore les unités industriels.

Pour ce qui est du système allocataire, la loi n° 110-14 précitée a institué le FSEC pour garantir à tous les individus non assurés, une compensation couvrant le préjudice corporel et la perte de la résidence principale suite à un événement catastrophique.

Il est à souligner que le FSEC offre une compensation partielle plafonnée à 250.000 DH pour la perte de la résidence principale et à 70% des indemnités offertes aux assurés pour le préjudice corporel.

Le démarrage de ce chantier stratégique est prévu pour le 1er janvier 2020.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.