Allal El Maleh
Allal El Maleh

A peine les salariés et employés ont-ils cru en la promesse de voir leurs émoluments un chouia revalorisés, ne voilà-t-il pas que le gain projeté, fruit du « pacte social » que chérit particulièrement Saad Eddine El Othmani, est d’ores et déjà érodé par les hausses des prix des hydrocarbures.  Voilà qui fait dire à nombre de nos concitoyens,  laminés par un coût de la vie des plus pesants, que le cadeau d’El Othmani programmé pour le 1er mai est bel et bien empoisonné ! D’autres vont jusqu’à dire que ce que le chef du gouvernement a fini par céder d’une main, son autre main s’empresse de le reprendre.

En effet, les prix des carburants vont flamber aux premières lueurs de ce mercredi, fête du travail.  Le diesel coûtera plus cher de 16 centimes alors que le super sans plomb sera taxé de 22 centimes de plus. Une hausse qui succède à d’autres. Souvenons-nous que le HCP avait signalé que la flambée des prix des carburants avait dépassé la barre des 5,2% en mars dernier.

Certes, le chef de l’Exécutif n’hésitera pas à jurer par tous les Saints que le processus de libéralisation, sous contrôle, ne saurait se défausser d’une conjoncture internationale marquée par la hausse des prix du pétrole à l’international. Sauf que cet argumentaire n’est qu’à demi-vrai. L’autre moitié de la réponse est entièrement fausse puisque le prix du carburant est aussi fonction des taxes auquel l’or noir et ses produits dérivés sont localement soumis.

On ose à peine songer à ce que cette hausse engendrera comme impacts sur le panier de la ménagère. La pauvre qui jongle déjà avec les cordons de la bourse en prévision du Ramadan, mois de surconsommation par excellence, n’échappera pas aux retombées induites par la révision à la hausse des prix à la pompe. Tous les produits seront taxés à cause du surcoût induit par le transport.

Face à tout cela, il ne faut pas croire que le marocain moyen sera transporté de joie. C’est ce que les syndicats ne manqueront certainement pas de rappeler à l’Exécutif qui pousse la majorité à serrer plus encore la ceinture. Alors que d’autres se sucrent sur son dos !

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.