Chahed monnaye la paix sociale en Tunisie: L’UGTT entre satisfaction et mobilisation

Chahed monnaye la paix sociale en Tunisie L’UGTT entre satisfaction et mobilisation
Chahed monnaye la paix sociale en Tunisie L’UGTT entre satisfaction et mobilisation

L’Union générale tunisienne du travail (UGTT) a annulé la grève générale devant paralyser le pays mercredi 24 octobre. Raison de cette annulation, des promesses d’augmentation des salaires dans le secteur public. Réagissant à cette mesure attendue, Noureddine Taboubi, patron du puissant syndicat a souligné là « une victoire pour la Tunisie et la paix sociale ». La centrale qui a obtenu la révision des salaires dans le secteur privé plaidait depuis plusieurs mois pour que les mêmes avantages soient accordés à tous les employés de l’État.

L’Exécutif a ainsi cédé à la pression syndicale en accordant des augmentations salariales, de 205 à 250 dinars (environ 62 à 76 euros), pour les agents du secteur public. Il s’est également engagé à ne pas privatiser les entreprises publiques. Youssef Chahed devra donc mobiliser 8 milliards de dinars qui ne figuraient pas dans le projet de Budget 2019.  Quitte à semer le trouble dans les rangs des bailleurs de fonds vers lesquels la Tunisie devait se tourner pour lever pas moins d’un milliard d’euros. La contrepartie exigible de l’Exécutif tunisien étant de résorber son déficit, de plus de deux milliards de dinars, en effectuant certaines privatisations.

Malgré ces assurances, le syndicat a annoncé que la mobilisation continue. Un préavis de grève est lancé pour le 22 novembre dans le secteur public. Ce qui ajoute le flou au flou politique puisque le pays est suspendu à un imminent remaniement gouvernemental.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.