Changement de tête à l’UNESCO: Que cache le retrait US?

Changement de tête à l’UNESCO: Que cache le retrait US?

 

La directrice générale de l’Unesco Irina Bokova a affirmé regretter profondément la décision des Etats-Unis de se retirer de l’organisation qu’ils accusent d’être «anti-israélienne». Rebondissant sur ce développement inattendu, Israël a annoncé sa prédisposition à suivre les USA en se retirant de l’organisation qui a avalisé la présence de la Palestine comme membre à part entière et décidé de consacrer Hébron, ville occupée par Israël, comme patrimoine palestinien.
Le Département d’Etat américain a annoncé que le pays garderait cependant son statut d’observateur au sein de l’institution onusienne dont le siège se trouve à Paris.

La directrice générale de l’Unesco Irina Bokova a dit «regretter profondément» cette décision, précisant que l’universalité «est essentielle à la mission de l’UNESCO pour construire la paix et la sécurité internationales face à la haine et à la violence, par la défense des droits de l’homme et de la dignité humaine».

Ce retrait US qui s’accompagne aussi d’une ardoise de plus de 500 millions de dollars (alors que les finances de l’institution sont dans une mauvaise passe) intervient à un moment charnière dans la vie de l’UNESCO. En effet, le suspense reste entier trois jours après le début des élections d’un nouveau Directeur général de l’Unesco, les résultats du 3e tour de  mercredi ayant montré que la lutte est essentiellement entre le Qatar et la France. Ce retrait américain vise-t-il à propulser la candidature de la candidate française de peur de voir l’ancien ministre qatari de la Culture, Hamad Bin Abdulaziz Al-Kawari, propulsé à la tête de l’UNESCO ? Car c’est bien lui qui est arrivé largement en tête du second tour de l’élection, alors que le monde arabe s’est montré divisé autour de ce dossier, l’Egypte ayant présenté sa candidate au nom de l’Afrique, outre le Liban qui vient de se retirer de la course, au même titre que la Chine. La candidate française, Audrey Azoulay, a pu surmonter son handicap en gagnant 5 voix de plus en une journée. Elle en avait 13 mardi soir.

Si Hamad Al-Kawari reste toujours favori et sa « stabilité » depuis le premier tour démontre la force de son positionnement, et cela au delà de toutes les manœuvres en cours dans les couloirs de l’organisme onusien, les observateurs s’attendent à ce que le jeu se décante lors du 4éme tour prévu ce jeudi avec 3 candidats en lice. Car seuls deux se qualifieront au 5e et dernier tour prévu vendredi.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici