Clonage en Corée du Sud: Des chiots clonés depuis un… clone!

Clonage en Corée du Sud: Des chiots clonés depuis un… clone!

Erreur de la base de données WordPress : [Got error 28 from storage engine]
SELECT `wp_adrotate`.`id`, `wp_adrotate`.`title`, `wp_adrotate`.`bannercode`, `wp_adrotate`.`image`, `wp_adrotate`.`tracker`, `wp_adrotate_linkmeta`.`group` FROM `wp_adrotate`, `wp_adrotate_linkmeta` WHERE ( `wp_adrotate_linkmeta`.`group` = 1) AND `wp_adrotate_linkmeta`.`user` = 0 AND `wp_adrotate`.`id` = `wp_adrotate_linkmeta`.`ad` AND (`wp_adrotate`.`type` = 'active' OR `wp_adrotate`.`type` = '2days' OR `wp_adrotate`.`type` = '7days') GROUP BY `wp_adrotate`.`id` ORDER BY `wp_adrotate`.`id`;

 

Des chercheurs sud-coréens ont annoncé la naissance de 3 chiots clonés à partir de cellules provenant de Snuppy, un chien qui avait lui-même été cloné en 2005. Ils ont également comparé la santé de Snuppy avec celle de son « modèle » afin de détecter d’éventuels effets délétères du clonage.

Le clonage, technique aboutissant à la création d’un animal génétiquement identique à un autre, est désormais bien connu. « Cependant, la question du vieillissement accéléré des animaux clonés reste encore sans réponse« , notent les chercheurs dans une étude publiée le 10 novembre 2017 sur le site Scientific Reports. Pour répondre à celle-ci, les scientifiques de l’université nationale de Séoul ont comparé la longévité et la santé de Snuppy, le 1er chien au monde à avoir été cloné et du lévrier Afghan Tai, son « donneur cellulaire ». Snuppy était né en 2005 grâce à l’utilisation in vivo d’ovocytes matures.

Snuppy et Tai sont tous les deux morts des suites d’un cancer respectivement à 10 et 12 ans ce qui correspond à l’âge de vie moyen des lévriers Afghan qui est de 11,9 ans. Les cancers sont particulièrement courants chez les chiens et bien que le développement d’une tumeur est multifactoriel, certaines races semblent y être prédisposées ce qui démontre une cause génétique. Ainsi, 30,8 % des lévriers Afghans décèdent des suites d’un cancer. Pour les chercheurs, que Snuppy en ait développé également un ne traduit donc pas une quelconque fragilité due à son statut de clone.

Pour les scientifiques sud-coréens, « le suivi clinique et moléculaire de ces ‘reclones’ tout au long de leur vie fournira une occasion unique de comparer la santé et la longévité de ces animaux avec celles des donneurs ». Si les chercheurs affichent leur satisfaction c’est parce-que le clonage des chiens est particulièrement compliqué en comparaison de celui des souris, des vaches, des cochons, des chèvres, des lapins ou encore des chats. La naissance de 3 chiots reclonés est donc une véritable prouesse.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.