Coalition anti-iranienne à Bahreïn: Israël en aiguillon…
Coalition anti-iranienne à Bahreïn: Israël en aiguillon…

Les représentants de plus de 60 pays, dont Israël, ont entamé lundi à Bahreïn une rencontre de deux jours sur la sécurité du transport maritime après des attaques contre des pétroliers dans le Golfe et des installations pétrolières saoudiennes.

La sécurité de la navigation dans les eaux du Golfe peut-elle être garantie en l’absence de l’Iran ? L’affaire semble entendue dans l’Emirat du Bahreïn qui a fait l’impasse sur ce pays riverain du Golfe accusé par les États-Unis, des pays occidentaux et l’Arabie saoudite de la responsabilité d’attaques – ce qu’il nie -, contre des tankers.
« Nous devons adopter une position claire (…) et prendre les mesures nécessaires pour protéger nos pays contre les États voyous », a déclaré le chef de la diplomatie de Bahreïn, cheikh Khaled Al-Khalifa.

En dépit de l’absence de relations avec Bahreïn, Israël est représenté.
L’État hébreu avait déjà participé il y a quatre mois à une rencontre à Manama sur la présentation du volet économique d’un plan de paix américain pour le Proche-Orient.

« Cette réunion intervient à un moment critique de l’histoire », a affirmé le secrétaire d’État américain Mike Pompeo dans une lettre adressée aux participants de la rencontre. « Ensemble, nous devons nous engager à prendre les mesures nécessaires pour arrêter les pays qui continuent de vouloir acquérir des armes de destruction massive », a ajouté M. Pompeo dans une claire allusion à l’Iran accusé de vouloir se doter de l’arme nucléaire. « La prolifération des armes de destruction massive et de leurs vecteurs, que ce soit par voie aérienne ou maritime, constitue une menace grave pour la paix et la sécurité internationales », a-t-il affirmé.

Les tensions entre Téhéran et Washington n’ont cessé de croître depuis le retrait unilatéral en 2018 de Washington de l’accord international sur le nucléaire iranien – censé empêcher l’Iran de se doter de la bombe atomique – et le rétablissement de lourdes sanctions américaines contre Téhéran.

Les participants de la réunion à Bahreïn appartiennent au «Groupe de travail sur la sécurité maritime et aérienne » né en février lors d’une conférence sur le Moyen-Orient à Varsovie, a rappelé le ministère bahreïni des Affaires étrangères sur Twitter.
« La rencontre est une occasion pour échanger les points de vues sur les moyens de faire face à la menace iranienne et garantir la liberté de navigation », a ajouté le ministère.

Après des attaques ces derniers mois contre des pétroliers dans le Golfe, les États-Unis ont formé une coalition maritime pour protéger la navigation dans cette région essentielle à l’approvisionnement mondial en pétrole.
Bahreïn, qui abrite la cinquième flotte américaine, a rejoint la coalition dès le mois d’août. L’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis ont rejoint cette coalition en septembre.

Côté occidental, le Royaume-Uni et l’Australie sont les principaux membres de cette coalition à avoir accepté de fournir des navires de guerre pour assurer la sécurité de la navigation dans le Golfe.

La majorité des pays européens ont refusé de participer, craignant de nuire à leurs efforts pour sauver l’accord sur le nucléaire iranien, fragilisé depuis le retrait américain. L’Iran, qui se considère comme le gardien du Golfe, a lui présenté un projet régional afin d’assurer « la sécurité énergétique et la liberté de navigation ».

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.