Colère persistante dans le Rif: «Les chiffres et les lettres» de l’Exécutif

Colère persistante dans le Rif: «Les chiffres et les lettres» de l’Exécutif

Le Rif ne décolère pas. Dans la Province d’Al-Hoceima, les mes manifestations se suivent et se ressemblent. Avec leur lot de revendications auxquelles s’est greffée, depuis la vague des arrestations opérées par les forces de l’ordre, l’exigence d’élargissement de tous les prévenus. Devant la justice, le collectif de défense des prévenus compte déjà faire appel des jugements rendus dans une trentaine de dossiers. En attendant d’évaluer les sentences qui seront prononcées dans les prochains jours dans d’autres cas parmi lesquels figure en tête d’affiche Nacer Zefzafi présente comme « l’icône » de cette contestation qui dure depuis sept mois. On notre aussi que lors de la rencontre avec les médias, le collectif « Initiative civile » qui s’est rendu dans la province d’Al-Hoceima à la rencontre des manifestants est lui aussi convaincu de la nécessaire relaxe des prévenus pour assurer les meilleures conditions nécessaires pour le réamorçage d’un dialogue responsable et serein entre l’Etat et les manifestants. En attendant, le gouvernement persiste dans sa démarche sans se départir des anciens reflexes d’un centralisme désuet. Cela se confirme à l’aune de la méthode de communication choisie par l’Exécutif pour gérer une crise des plus inflammables. Ainsi, après avoir évalué la mission du ministre de l’Intérieur dans la région, la troisième du genre depuis le déclenchement des événements, et au sortir d’un conseil de gouvernement, le porte-parole du gouvernement a sacrifié, jeudi dernier, à la règle immuable des « lettres et des chiffres ». Mustapha El Khalfi a donc tenu à assurer que le gouvernement est déterminé à accélérer la réalisation des programmes et des projets de développement prévus au niveau de la ville d’Al Hoceima dans le strict respect des délais impartis.

Le ministre délégué chargé des Relations avec le Parlement et la Société civile, porte-parole du gouvernement, a ajouté lors d’un point de presse, que l’Exécutif a passé en revue plusieurs projets prévus à cet égard, notamment l’Hôpital pluridisciplinaire, dont les travaux de construction ont débuté le 28 avril dernier pour un investissement de 374 MDH, ainsi que la construction de 34 centres de santé dont 28 seront aménagés pour un coût de plus de 26 MDH.
Il a évoqué aussi le Centre régional d’oncologie qui connait actuellement des travaux d’élargissement et de mise à niveau de son équipement pour un montant de 15 MDH, outre l’aménagement de cinq Maisons des mères (Dar Al Oumouma) et d’un centre de d’hémodialyse à Imzouren. Des efforts sont aussi déployés dans d’autres secteurs comme l’éducation, le sport, la mise à niveau spatiale et les habous, a-t-il indiqué, ajoutant que des données font état de 522 projets répartis entre 14 espaces, dont 286 en cours de réalisation et 236 en cours de lancement.
Aujourd’hui, les regards sont braqués sur la rencontre élargie à laquelle la région, pilotée par le PAM, appelle et qui risque d’être boycottée par nombre de responsables depuis qu’Ilyas Al Omary a choisi de déployer un feu nourri de critiques à l’endroit des responsables gouvernementaux, comme politiques… Et annoncé que ses élus allaient monter une mission d’enquête parlementaire ad hoc susceptible d’apporter tout l’éclairage nécessaire sur la genèse de la crise et ses répercussions.
En attendant, c’est le flou artistique qui prime dans la gestion de crise à laquelle le pays est confronté. L’Etat estimant, à tort, que faire amende honorable et reconnaître ses torts équivaut à une opération d’abdication devant la pression populaire…

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.