Comité National Olympique Marocain: On change le changement!

L’assemblée générale du Comité National Olympique Marocain , prévue le 14 juin prochain,  accouchera d’un nouveau Comité Exécutif en vertu de statuts inconsistants. Un Comité Exécutif qui sera composé uniquement de présidents de fédérations sportives au lieu d’être l’émanation de dirigeants compétents et charismatiques.
Pour être éligible au CNOM en tant que président voire membre, il faut être président d’une fédération  d’un sport olympique où avoir été déjà président ayant géré une fédération au moins deux années consécutives. Des pré-requis qui sont incohérents avec la législation sportive nationale notamment la loi 30-09 relative à l’Education Physique et aux Sports voire avec la Charte Olympique Internationale. Car on doit être le seul pays au monde qui a décidé de faire du CNOM, une affaire de présidents de fédérations et du scrutin de liste comme s’il y avait plus d’une centaine de fédérations sportives olympiques. Un scrutin de liste qui ne peut s’opérer vu le nombre de fédérations sportives trés restreint. Et si jamais, il y a deux listes candidates, les électeurs vont s’auto-élire!
En vertu des nouveaux  statuts ,  adoptés le 22 novembre de l’an dernier, le CNOM est réduit à une sorte de Confédération  de présidents de fédérations sportives. Ce qui est une entorse même à l’article 41 de la loi 30-09 qui stipule que les candidats au CNOM doivent être élus par les comités directeurs des fédérations et non par les présidents de ces dernières.
Au lieu d’élargir son champ d’intervention en en faisant un interlocuteur incontournable en matière de développement du sport sous toutes ses facettes, le législateur a limité les compétences du CNOM dans la loi sur le sport: Hormis le rôle de coordinateur avec les fédérations sportives olympiques pour préparer les sportifs aux Jeux Olympiques, le CNOM se voit attribuer des missions secondaires.
Et on voit mal comment des présidents de fédérations sportives qui peinent à gouverner leurs fédérations vont débarrasser  le CNOM de sa sclérose dans laquelle il s’est enlisé depuis un quart de siècle . Comment par exemple va-t-on mettre en place des Comités Régionaux Olympiques alors que les deux tiers des fédérations sportives n’ont même  pas de ligues régionales en l’occurrence la Fédération présidée par celui qui est pressenti nouveau président du CNOM? Comment pourrait -on aspirer à  la bonne gouvernance du CNOM par un président d’une fédération, régentée par un Directeur Technique National et dont le Comité Directeur Fédéral se réunit rarement?
Qu’attend le mouvement sportif national d’un membre de droit, Nawal El Mouatawakil,  pour ne pas la nommer qui ,deux fois ministre de la Jeunesse et des Sports ( 1997-1998 et 2007-2009), se perdait en conjectures en tirant des plans sur la comète?
Dans un Maroc, pays qui n’est pas à culte olympique,  le CNOM demeurera ulcéré par la mentalité de rente tant qu’il est l’apanage de commis d’Etat qui font appel aux bras cassés pour instaurer la médiocratie et assouvir leurs fantasmes. Et il suffit d’évoquer la Lettre royale sur le sport pour s’en convaincre : on réforme la réforme et on change le changement!

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.