COP25 de Madrid Des hypocrisies, la coupe est pleine !
COP25 de Madrid Des hypocrisies, la coupe est pleine !

La COP 25 s’est ouverte, lundi 2 décembre à Madrid, pour deux semaines. La 25e conférence des Nations unies sur le climat se tient au moment où des appels en faveur de mesures politiques draconiennes contre le réchauffement se font de plus en plus pressants.

Pour Michal Kurtyka, ministre polonais du Climat qui a dirigé la COP24, les jeunes générations ont pris conscience de l’urgence de la situation : «Ils ont le courage de prendre la parole et de nous rappeler que cette planète nous a été léguée par nos parents et que nous devrons, nous aussi, la léguer aux générations futures.»
Un hommage à l’esprit rebelle de Greta Thunberg qui ne dit pas son nom face à la somme de toutes les hypocrisies dont font preuve les politiques.
Ceux-là mêmes qui pactisent avec les lobbies qui rejettent la disruption à laquelle incite la dynamique alternative d’une économie décarbonnée. Et ne font rien pour venir au secours des pays en voie de développement, les plus affectés par les changements climatiques.

La COP25 doit permettre de prendre les dernières mesures nécessaires au respect des engagements pris à Paris en 2015.
L’accord, censé maintenir l’augmentation moyenne de la température mondiale aussi près que possible de 1,5 °C, entrera dans une phase décisive l’année prochaine. Sans la participation active des USA.

António Guterres, Secrétaire général de l’ONU a beau marteler que l’humanité est devant «une crise climatique globale». Rien n’y fait.
Plus alarmiste que d’habitude, il martèle à la veille de l’ouverture de cette nouvelle conférence environnementale, que « le point de non-retour n’est plus à l’horizon. Il est en vue et fonce vers nous ».
Là aussi, rien n’intervient de disruptif alors que l’humanité vit désormais au rythme d’une «Sixième extinction» que nombre de scientifiques mettent en exergue…
La coupe est pleine ! Et c’est pourquoi il faut rappeler que cette COP de Madrid intervient dans un contexte assez singulier au regard de la multiplicité des rapports alarmants établis par les scientifiques, une littérature juste bonne à faire bonne figure parmi les rayonnages, de la multiplication des manifestations citoyennes et des marches des jeunes par millions…

Depuis un an, les pays signataires de l’accord de Paris sont la cible d’une pression sans précédent que résume le mot d’ordre de ces deux semaines de réunion: #TimeforAction.
La question qui se pose serait de savoir si les politiques oseront franchir le Rubicon… Mais rien n’est acquis.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.