Covid 19 fauche toujours plus de vies: Pékin sévit et sanctionne des responsables

Covid 19 fauche toujours plus de vies: Pékin sévit et sanctionne des responsables
Covid 19 fauche toujours plus de vies: Pékin sévit et sanctionne des responsables

Les autorités sanitaires de la province chinoise du Hubei, foyer de l’épidémie de Covid 19, ont fait état jeudi 13 février de 242 décès supplémentaires liés au virus, un record au cours d’une seule journée depuis que l’épidémie s’est déclarée en décembre.

Au total, 1 367 personnes sont mortes de l’épidémie en Chine continentale, et 1 369 dans le monde. La commission de la Santé de la province centrale du Hubei, où se trouve le cœur de l’épidémie, a indiqué inclure désormais dans son recensement les cas diagnostiqués grâce à des scanners performants, et non plus seulement grâce aux tests à l’acide nucléique. En conséquence, 14 840 nouveaux cas de contamination ont été détectés en 24 heures. Cela porte à près de 60 000 le total des contaminations dans l’ensemble de la Chine continentale.

L’ampleur des dégâts ne pouvait rester sans sanctions. Ainsi, un responsable politique a été démis de ses fonctions. Il s’agit de Jiang Chaoliang, responsable du Parti communiste chinois dans la province du Hubei, où est située Wuhan, qui a été remplacé, jeudi, par le maire de Shanghai. C’est un protégé du président chinois qui reprend les commandes. Ying Yong était à la tête du parti communiste à Shanghai, c’est un vétéran de la sécurité publique, un ancien juge, qui reprend le contrôle de cette province sacrifiée, où la colère n’est pas retombée depuis la mort du docteur qui avait donné l’alerte des suites du coronavirus.

L’agence Chine nouvelle a également rapporté que Ma Guoqiang, à la tête de l’antenne du PCC à Wuhan, avait été révoqué et remplacé par Wang Zhonglin, directeur local du PCC à Jinan dans l’est du pays. Ce limogeage s’accompagne d’ailleurs aussi de sanctions à des instances plus basses dans le parti, cinq fonctionnaires du Hubei ont été limogés mercredi soir, en raison du non-respect de leur fonction pendant l’épidémie. C’est ce que nous disent les médias chinois ce matin.

Le directeur du Bureau des affaires de Hong Kong et Macao a lui aussi été démis de ses fonctions. Il s’agit de l’un des plus hauts responsables à être limogés depuis le début de la vague de protestation en juin dans l’ex-colonie britannique.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.