Crise syrienne: Une entente américano-russe de façade?

Crise syrienne: Une entente américano-russe de façade?

Sergueï Lavrov a estimé que l’incapacité des États-Unis à faire la distinction entre l’opposition modérée et les terroristes empêchait considérablement le règlement du conflit syrien. Rappelant à ce propos l’accord passé il y a un an avec son homologue américain Jhon Kerry, accord tombé en désuétude, il a souligné que le règlement syrien aurait considérablement avancé si Washington avait distingué l’opposition des terroristes, comme il s’y était engagé l’année dernière dans le cadre d’un accord avec Moscou. Selon M. Lavrov la seule condition fixée par cet accord était l’engagement américain de faire le distinguo entre «l’opposition qu’ils soutiennent et les terroristes».
«Après avoir conclu cet accord avec nous, ils ont été incapables de respecter cet engagement. S’ils avaient tenu promesse, je pense que nous aurions vu le règlement syrien avancer alors que les négociations autour de la constitution et la préparation des élections seraient déjà en cours», a poursuivi le chef de la diplomatie russe.
Et d’ajouter: «Je soupçonne qu’il y a des personnes qui, à la différence de John Kerry, ne souhaitaient pas distinguer l’opposition des terroristes».
N’empêche, la dynamique enclenchée par la Russie dans le dossier syrien n’est plus à démontrer. En effet, si les préparatifs sont menés tambour battant pour réussir la prochaine rencontre d’Astana, la 6ème du genre, il faut aussi souligner que sur le terrain, l’armée syrienne ne chôme pas. Elle vient de boucler la grande opération lancée il y a trois mois pour la reprise de la région d’Al-Sokhna, à la frontière avec la Jordanie, et procède actuellement au ratissage dans cette vaste zone qui s’étend sur 4.000 km carrés. Un acqui militaire qui s’ajoute à tant d’autres réalisés notamment contre Daech dans la province de Homs et ailleurs, à la lisière de la région de Raqqa.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici