Erreur de la base de données WordPress : [Got error 28 from storage engine]
SELECT `wp_adrotate`.`id`, `wp_adrotate`.`title`, `wp_adrotate`.`bannercode`, `wp_adrotate`.`image`, `wp_adrotate`.`tracker`, `wp_adrotate_linkmeta`.`group` FROM `wp_adrotate`, `wp_adrotate_linkmeta` WHERE ( `wp_adrotate_linkmeta`.`group` = 1) AND `wp_adrotate_linkmeta`.`user` = 0 AND `wp_adrotate`.`id` = `wp_adrotate_linkmeta`.`ad` AND (`wp_adrotate`.`type` = 'active' OR `wp_adrotate`.`type` = '2days' OR `wp_adrotate`.`type` = '7days') GROUP BY `wp_adrotate`.`id` ORDER BY `wp_adrotate`.`id`;

L’économie nationale aurait progressé de 2,3%, au premier trimestre 2019, au lieu de +3,3% à la même période une année auparavant, pâtissant d’une baisse de 4,8% des activités agricoles. La valeur ajoutée hors agriculture aurait augmenté de 3,3%, en variation annuelle, portée particulièrement par les mines, les industries manufacturières et les services. C’est en somme ce que révèle la dernière note de conjoncture trimestrielle émanant du Haut commissariat au plan.

Evoluant dans un contexte mondial marqué par un ralentissement aigu, l’économie du Royaume semble tourner au ralenti à l’image de la baisse de la demande mondiale adressée au Maroc qui se serait également enrayé au premier trimestre 2019, affichant un accroissement de 2,8% en variation annuelle, au lieu de +5% un an auparavant. Ce ralentissement de la demande extérieure est légèrement compensé par l’évolution modérée de  la demande intérieure qui aurait continué de soutenir la croissance économique nationale au premier trimestre 2019. Dans un contexte de stagnation des prix à la consommation, la consommation finale des ménages, en volume, se serait affermie de 2,8%, contribuant pour +1,6 point à la croissance globale du PIB. Les dépenses de consommation auraient été alimentées, entre autres, par une hausse de 5,7% des crédits à la consommation et auraient profité plutôt aux produits locaux. Les importations de biens finis de consommation n’auraient crû que de 0,8%, en glissement annuel, au lieu de +10,5% une année plus tôt. Pour sa part, la consommation des administrations publiques se serait affermie de 2,6%, en ligne avec le raffermissement des dépenses de fonctionnement. Après avoir ralenti au dernier trimestre 2018, la formation brute de capital se serait redressée de 3%, au premier trimestre 2019, en variation annuelle, portant sa contribution au PIB à +1 point. Cette évolution aurait été tirée particulièrement par la hausse de l‘investissement en produits industriels, dans le sillage d’une augmentation de 1,8% des crédits à l’équipement. L’investissement en travaux publics aurait poursuivi son amélioration amorcée au début de 2017, tandis que l’investissement en immobilier serait resté modeste, pâtissant de la faiblesse de la demande adressée au logement résidentiel.

L’agriculture fléchit…

La valeur ajoutée agricole aurait affiché une contraction de 4,8%, au premier trimestre 2019, en variation annuelle, suite à un retournement à la baisse de la production végétale. Bien que les conditions climatiques de démarrage aient situé, au début d’année, la production des cultures précoces à des niveaux comparables aux performances réalisées en 2006 et 2013, la sécheresse hivernale exceptionnellement longue, aurait sensiblement réduit leur potentiel de production. Les conditions de développement des rendements des trois principales céréales, des légumineuses automnales et des fourrages se seraient dégradées dans les principales régions productrices, notamment dans le Chaouia et le Haouz. Le déficit pluviométrique généralisé s’établissant en moyenne à 41%, au premier trimestre, en comparaison avec la même période d’une année normale, aurait également pénalisé les semis des cultures printanières, notamment le maïs, le pois-chiche et les maraîchères de saison. En revanche, la dynamique de croissance des cultures sucrières et de l’arboriculture se serait poursuivie, dans un contexte de poursuite d’apaisement des pressions sur l’eau d’irrigation.  La production des filières animales aurait, pour sa part, connu une progression modérée, malgré l’accélération du rythme de croissance des activités avicoles. La faiblesse des parcours végétaux et le renchérissement des prix des aliments de bétail auraient légèrement compromis les activités d’élevage du grand cheptel. La montée des craintes de réduction de l’offre liées aux abattages opérés pour contenir l’épizootie de la fièvre aphteuse aurait accentué la hausse des prix des viandes rouges, pour atteindre, respectivement, +7,6% et +7,4%, aux mois de janvier et février 2019, en variations annuelles. De son côté, la croissance des activités hors agriculture se serait établie à 3,3% au premier trimestre 2018, portée par la bonne orientation du secteur tertiaire dont la croissance aurait atteint 2,9%, en variation annuelle, contribuant pour 1,4 point à la croissance globale. La valeur ajoutée du secteur secondaire aurait, quant à elle, progressé de 3,3%, en glissement annuel, contribuant pour près de +1 point à la croissance globale du PIB. Dans les mines, l’activité se serait de nouveau engagée dans une phase de croissance soutenue, après avoir quasiment stagné à fin 2018. En variation annuelle, sa valeur ajoutée se serait accrue de 6,6%, au premier trimestre 2019, au lieu de 0,3% un trimestre auparavant. Cette performance aurait été, principalement, le fait de la filière phosphatée, dont la production se serait améliorée de 6,9%, tirée par l’expansion de la demande des industries chimiques locales. Le renforcement du commerce mondial des fertilisants à base phosphatée, tiré par la vigueur des importations indiennes, brésiliennes et américaines, aurait favorisé une amélioration de 4,3% et 17% des exportations locales des engrais chimiques et de l’acide phosphorique. A plus long terme, la poursuite de l’affermissement de l’activité phosphatée traduirait une amélioration du potentiel productif des industries de transformation locale, dopée par un accroissement des capacités productives des unités de Jorf Lasfar et d’une progression plus soutenue de la demande agricole des pays émergents. En revanche, le potentiel productif des métaux de base n’aurait pas connu une hausse notable et la croissance de leur production serait restée modérée, n’excédant pas 1,1%, au premier trimestre 2019, en variation annuelle.  Les industries manufacturières auraient poursuivi leur raffermissement au rythme de 3,4%, au premier trimestre 2019, au lieu de +3,2% un an auparavant. Cette évolution aurait été attribuable à la poursuite du dynamisme des industries IMME, amorcé au quatrième trimestre 2017, notamment celui des industries de l’automobile et de l’électronique. La valeur ajoutée de la branche aurait, ainsi, progressé de 4,8%, au lieu de +4,5% un an auparavant. La valeur ajoutée du textile et du cuir se serait, pour sa part, raffermie de 4,5%, en variation annuelle, profitant de l’accroissement de la demande étrangère qui lui est adressée. Le rythme de croissance des industries agroalimentaires et chimiques aurait, quant à lui, légèrement décéléré par rapport à celui de 2018 pour se situer, respectivement, à 3,3% et 3,1%. En revanche, l’évolution des « autres industries » serait restée modérée, pâtissant de la faiblesse des activités relatives aux industries des matériaux de construction. La croissance de la valeur ajoutée de la construction se serait légèrement accélérée pour atteindre 0,9%, au lieu de +0,4% la même période de l’année précédente. Le secteur aurait, toutefois, continué de pâtir du repli de la demande adressée à l’immobilier résidentiel, comme l’atteste la baisse de 3,3% des crédits accordés aux promoteurs immobiliers. Les appréciations des chefs d’entreprise de la construction, exprimées dans le cadre de la dernière enquête de conjoncture du HCP, auraient également confirmé cette évolution. Les carnets de commande des opérateurs du BTP seraient restés peu garnis. Une baisse d’activité aurait été anticipée dans le «Génie civil» et la «Construction de Bâtiments», accompagnée d’une contraction de la main-d’œuvre employée.  Dans l’ensemble, la valeur ajoutée hors agriculture se serait accrue de 3,3%, au premier trimestre 2019. Compte tenu d’une baisse de 4,8% de la valeur ajoutée agricole, la croissance économique nationale se serait établie à 2,3%, au premier trimestre 2019, au lieu de +3,3% une année auparavant.

Pas de rebond en perspective 

Selon les projections du HCP, la croissance économique devrait rester modérée au deuxième trimestre 2019, pâtissant du repli moins accentué de la valeur ajoutée agricole (-4,3%, en variation annuelle). La production animale serait favorisée par une hausse conjuguée des abattages du grand cheptel et de l’aviculture et la contraction de la production végétale s’atténuerait légèrement, grâce à un redressement probable des cultures maraichères. Hors agriculture, l’activité économique évoluerait dans un contexte international marqué par une atténuation progressive des incertitudes commerciales et politiques, de nature à affecter moins sensiblement le commerce mondial qui progresserait de 2,1%, en variation annuelle. Toutefois, les échanges commerciaux resteraient  tributaires d’éventuelles restrictions douanières de la part des Etats-Unis et de la Chine et de l’issue du Brexit qui pourraient les pénaliser. Par ailleurs, les politiques budgétaires expansionnistes mises en place dans plusieurs pays de la zone euro (Espagne, Italie, France, Allemagne) permettraient de soutenir la demande intérieure. L’aboutissement des négociations sur le Brexit et le climat d’attentisme pourraient, cependant, affecter davantage les investissements et générer de l’inquiétude sur les marchés financiers. Les pressions inflationnistes, quant à elles, resteraient subordonnées à l’évolution des cours des matières premières énergétiques sur le marché mondial. En zone euro, l’inflation devrait rester contenue et se limiterait à 1,2%. Dans ce contexte, la demande mondiale adressée au Maroc devrait enregistrer une hausse de 2,9%, en variation annuelle. Cette amélioration profiterait, notamment, au secteur secondaire dont la croissance s’établirait à 3,2%, au deuxième trimestre 2019. Quant au secteur tertiaire, sa valeur ajoutée croîtrait de 3,1%, contribuant pour 1,5 point à la croissance globale du PIB.  Globalement, la valeur ajoutée hors agriculture s’améliorerait de 3,3% au deuxième trimestre 2019. Compte tenu d’une régression de 4,3% de la valeur ajoutée agricole, la croissance économique nationale serait de 2,4%, au deuxième trimestre 2019, au lieu de +2,5% la même période une année auparavant.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.