Croissance en berne: La demande intérieure s’essouffle !
Croissance en berne: La demande intérieure s’essouffle !

Erreur de la base de données WordPress : [Got error 28 from storage engine]
SELECT `wp_adrotate`.`id`, `wp_adrotate`.`title`, `wp_adrotate`.`bannercode`, `wp_adrotate`.`image`, `wp_adrotate`.`tracker`, `wp_adrotate_linkmeta`.`group` FROM `wp_adrotate`, `wp_adrotate_linkmeta` WHERE ( `wp_adrotate_linkmeta`.`group` = 1) AND `wp_adrotate_linkmeta`.`user` = 0 AND `wp_adrotate`.`id` = `wp_adrotate_linkmeta`.`ad` AND (`wp_adrotate`.`type` = 'active' OR `wp_adrotate`.`type` = '2days' OR `wp_adrotate`.`type` = '7days') GROUP BY `wp_adrotate`.`id` ORDER BY `wp_adrotate`.`id`;

L’économie nationale accuse le coup avec une croissance de 2,8% durant les trois premiers mois de l’année, contre 3,5% durant la même période de 2018.
La demande intérieure n’aura pas eu l’effet dopant puisque la même contre-performance l’affecte également à fin mars.

Tout est détaillé dans le communiqué du Haut commissariat au plan (HCP).

La valeur ajoutée du secteur primaire a enregistré, en volume, une baisse de 1,1% sur la période, au lieu de 3,1% réalisée un an auparavant 2018.
Une contre-performance que la croissance enregistrée par les secteurs secondaire et tertiaire, n’a pu compenser.

La valeur ajoutée des activités non agricoles a connu, ainsi, une hausse de 3,8% au lieu de 3,3% le premier trimestre de l’année 2018.

La demande intérieure a affiché un taux d’accroissement de 3,3% durant le premier trimestre de l’année 2019 au lieu de 4,3% durant la même période de l’année précédente, contribuant ainsi pour 3,6 points à la croissance économique nationale au lieu de 4,7 points une année auparavant.

En détail, les dépenses de consommation finale des ménages ont connu une hausse de 3,8% au lieu de 2,8%, contribuant pour 2,2 points à la croissance au lieu de 1,6 point.
La hausse des dépenses de consommation des ménages s’accompagne aussi d’une progression de la consommation finale des administrations publiques (+2,8% au lieu de 1,6%), avec une contribution à la croissance de 0,6 point au lieu de 0,3 point.

De son côté, la formation brute de capital fixe a enregistré une hausse de 3% au 1er trimestre 2019 au lieu de 1,1% une année auparavant, avec une contribution à la croissance de 0,8 point au lieu de 0,3 point, durant le même trimestre de l’année précédente.

Sur la même période, les échanges extérieurs de biens et services ont dégagé une contribution négative à la croissance.
Ainsi, les exportations de biens et services ont affiché une hausse de 1,7% contre 7,4% un an auparavant, avec une contribution à la croissance de 0,7 point au lieu de 2,7 points.

Les importations, de leur côté, ont connu un accroissement de 3% au lieu de 8,4%, avec une contribution négative de (-1,5) point au lieu de (-3,9) points au 1er trimestre de 2018.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.