De Mohammedia à M’Rirt : La raison agressée

Mais qu’est-ce qui se passe dans le Royaume ? L’impression qui se dégage est qu’un laisser-aller est sciemment organisé pour instiller la peur dans les esprits. Hier, à Mohammedia, dans l’enceinte même de la faculté, un enseignant en philosophie a été pris à partie par un décérébré qui croit dur comme fer que cette discipline ne cherche en fin de compte qu’à faire basculer le pays dans l’apostasie et la luxure. Mais voilà qu’entre-temps, un autre chercheur a été l’objet d’une agression physique des plus traumatisantes. Il s’agit d’El Mekki Aguennouz, connu pour être chercheur et collectionneur en art amazigh. Le pauvre a été ceinturé par  quatre individus cagoulés qui l’ont roué de coups aux alentours de la ville de M’rirt alors qu’il croyait retrouver paisiblement ses pénates. Cela s’est produit vendredi dernier quand le malheureux chercheur qui avait pris part à une activité associative à Khénifra, s’est retrouvé face à des nervis qui l’ont grièvement blessé au visage et à la tête. Cherchait-on, à travers cette lâche agression, à attenter à la vie de ce pauvre hère ?  Tout porte à le croire d’autant que la victime faisait l’objet, depuis des jours, de menaces véhiculées par les réseaux sociaux.

Le Centre « Rawafid » de recherches, d’arts et d’information a vivement dénoncé cette « agression sauvage » dont l’un de ses membres a été victime, alors qu’il revenait d’une réunion concernant les préparatifs d’une activité culturelle en hommage posthume à la personnalité et à la riche carrière du regretté Mohamed Rouicha. Ledit Centre qui exprime son entière solidarité avec El Mekki Aguennouz rappelle que celui-ci a été la cible de plusieurs actes de violence et que le musée dont il a la responsabilité a été vandalisé.

Pas besoin d’être Clerc pour voir clair dans le jeu des agresseurs. Leur but étant de faire taire cette voix qu’ils jugent dissonante et, partant, semant les graines de la discorde nationale. La question qui se pose dès lors serait de savoir comment les autorités supposées veiller sur la sécurité et la quiétude des citoyens ont laissé faire.

A quoi doit-on s’attendre demain ?

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.