Dédolarisation de l’économie: Une cryptomonnaie pour les BRICS ?
Dédolarisation de l’économie: Une cryptomonnaie pour les BRICS ?

Les BRICS, qui renoncent peu à peu au dollar dans leurs échanges peuvent opter pour une cryptomonnaie unique, a annoncé le président du Fonds russe des investissements directs, Kirill Dmitriev.

Le conseil d’affaires des BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine, Afrique du Sud) a appuyé l’idée d’utiliser une cryptomonnaie dans les échanges entre les pays membres, a déclaré jeudi 14 novembre Kirill Dmitriev, président du Fonds russe des investissements directs (RDIF).

«Le RDIF, qui préside le groupe de travail pour les services financiers du conseil d’affaires des BRICS, a participé à une discussion sur la possibilité d’utiliser une cryptomonnaie lors des échanges entre les pays membres.
De tels échanges doivent être effectués via un système de paiement des BRICS dont la création est aussi à l’étude
», a indiqué K. Dmitriev aux médias.

Dans les échanges entre les BRICS, la part du dollar s’est étiolée au cours de ces dernières années, a-t-il rappelé.
En Russie, elle ne représente plus que 50% des échanges internationaux contre 92% il y a cinq ans, alors que la part du rouble a augmenté de 3% à 14% sur la même période.
«Le développement des systèmes de paiement nationaux et leur intégration étroite sont un facteur important du partenariat économique entre les BRICS à l’époque où l’infrastructure mondiale de paiement est exposée à des risques qui ne sont pas liés au marché», a-t-il noté.

Un système de paiement efficace des BRICS peut encourager les échanges en monnaies nationales et assurer la stabilité des investissements entre les États qui représentent plus de 20% du flux global des investissements directs étrangers, a ajouté le responsable russe.

Les BRICS étudient en outre l’idée de mettre en place leur cour d’arbitrage indépendante en adoptant une convention internationale qui pourrait être signée par n’importe quel État.
«Le nombre de litiges examiné par les tribunaux d’arbitrage relatifs aux investissements est en hausse constante. Créer une institution d’arbitrage permanente au niveau international réunissant tous les pays des BRICS signifie garantir son indépendance dans un environnement où les tribunaux nationaux […] deviennent de plus en plus souvent des otages de circonstances politiques», a souligné K. Dmitriev.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.