Défense maritime: Bruxelles et La Haye mutualisent leurs efforts

Défense maritime: Bruxelles et La Haye mutualisent leurs efforts

Erreur de la base de données WordPress : [Got error 28 from storage engine]
SELECT `wp_adrotate`.`id`, `wp_adrotate`.`title`, `wp_adrotate`.`bannercode`, `wp_adrotate`.`image`, `wp_adrotate`.`tracker`, `wp_adrotate_linkmeta`.`group` FROM `wp_adrotate`, `wp_adrotate_linkmeta` WHERE ( `wp_adrotate_linkmeta`.`group` = 1) AND `wp_adrotate_linkmeta`.`user` = 0 AND `wp_adrotate`.`id` = `wp_adrotate_linkmeta`.`ad` AND (`wp_adrotate`.`type` = 'active' OR `wp_adrotate`.`type` = '2days' OR `wp_adrotate`.`type` = '7days') GROUP BY `wp_adrotate`.`id` ORDER BY `wp_adrotate`.`id`;

La Belgique et les Pays-Bas ont convenu de s’équiper en commun dans le domaine maritime en se dotant de 4 frégates et 12 chasseurs de mines d’une valeur 4 milliards d’euros. Ainsi, 16 navires militaires devraient être acquis par les deux pays pour réaliser des économies sur les coûts d’achat et de maintenance. Les deux pays donnent un exemple à suivre en terme de mutualisation des moyens de défense entre Etats membres de l’Union européenne. Les Pays-Bas vont faire tourner les chantiers navals du royaume qui vont se charger de construire les frégates tandis que la Belgique va lancer un appel d’offres pour l’achat des chasseurs de mines. Les deux armées se répartiront ensuite un même nombre de chaque type de vaisseau.

Ces nouveaux navires doivent être livrés à partir de 2023. Un protocole d’accord a été signé dans ce sens par les ministres de la Défense respectifs des deux pays dont les forcés de la marine collaborent déjà depuis plus de cinquante ans.

Cette nouvelle étape de collaboration prévoit que le port d’attache des frégates sera à Zeebruges, en Belgique, mais leur maintenance aura lieu à Den Helder, aux Pays-Bas, ville néerlandaise qui abrite l’état-major des forces maritimes des deux pays depuis vingt ans.

Selon un accord de coopération allant dans le même sens, signé il y a plusieurs années entre La Haye et Berlin, les armées néerlandaise et allemande disposent aussi en commun de moyens de défense antiaériens et antimissiles. Sur le terrain, des milliers de soldats néerlandais ont ainsi été intégrés à une brigade allemande aéromobile : la DSK, division de réaction rapide de l’armée d’Outre-Rhin.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.