Demande intérieure : Le moteur de la croissance toussote

Demande intérieure : Le moteur de la croissance toussote
Après avoir montré des signes d’essoufflement durant les dernières années, la demande intérieure, qui constitue le principal moteur de croissance au Maroc, a augmenté sa contribution à la croissance durant le deuxième trimestre de l’exercice en cours. C’est ce qu’a affirmé la Direction des études et des prévisions financières (DEPF) dans la note de conjoncture de novembre publiée jeudi dernier.
« La contribution de la demande intérieure à la croissance économique a sensiblement progressé à 2,7 points contre 1,7 point durant le même trimestre de l’année 2015 », souligne la DEPF. Tout en signalant que le rythme de progression de la demande intérieure a atteint 2,5% contre 1,5% au deuxième trimestre de 2015 sous l’effet, essentiellement, des hausses de l’investissement de 3,9% au lieu de 0,4% et, dans une moindre mesure, des dépenses de consommation finale des ménages de 2,2% au lieu de 1,8%. Détaillant les composantes de cette demande, à savoir la consommation et l’investissement, la DEPF indique que la contribution de la consommation des ménages a atteint 1,3 point au deuxième trimestre de l’année en cours contre 1,1 point un an auparavant alors que celle de la consommation publique s’est limitée à 0,2 point contre 0,5 point au deuxième trimestre de l’année dernière. Pour sa part, la contribution de l’investissement à la croissance du PIB s’est élevée à 1,2 point au lieu d’une contribution de 0,1 point une année auparavant.
Ceci étant, l’élan de cette hausse de la contribution du principal moteur de croissance a été freiné par une contribution négative des échanges extérieurs. Selon la même source, les échanges extérieurs ont été marqués par une progression en volume des importations (+8,7% au deuxième trimestre de 2016) plus importante que celle des exportations de biens et services (+4,6%). Ces évolutions se sont traduites par une contribution négative de l’ordre de 2,2 points du solde des échanges extérieurs à la croissance économique contre une contribution positive de 2,5 points au titre du même trimestre de l’année précédente.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.