Démission du gouvernement russe: M. Mitchoustine remplace D. Medvedev
Démission du gouvernement russe: M. Mitchoustine remplace D. Medvedev

La Russie a un nouveau chef du gouvernement. Mikhaïl Michoustine, jusque-là chef du Service fédéral des impôts, a remplacé Dmitri Medvedev, qui quitte son poste pour assurer la vice-Présidence du Conseil de sécurité.
Celui-ci avait présenté sa démission quelques heures seulement avant l’annonce de cette nomination avalisée par la Douma, Chambre basse du Parlement.

Mikhaïl Michoustine, à la tête du fisc russe depuis 2010, est assez peu connu du grand public. Il a fait quasiment toute sa carrière au sein de l’administration fiscale et est crédité de la refonte de cette administration et de la modernisation de la collecte des impôts en Russie.
D’après les kremlinologues, on est face à un technocrate aussi efficace qu’effacé qui, à l’image de Victor Zoubkov, promu chef de l’Exécutif en 2007, tirerait sa force des dossiers qu’il a sur tout le monde.

En ce mercredi 15 janvier, l’histoire s’est emballée avec l’éclipse de D. Medvedev, homme de confiance de Vladimir Poutine.
Au cours d’une allocution télévisée en compagnie du chef du Kremlin, D. Medvedev avait expliqué sa décision en mettant en relief les changements constitutionnels détaillés quelques heures plus tôt lors du discours de V. Poutine devant le Parlement.
«Il s’agit d’un changement non seulement d’articles de la Constitution mais de l’équilibre des forces entre le pouvoir législatif et exécutif», a-t-il précisé.

V. Poutine avait en effet déclaré vouloir renforcer le rôle du Premier ministre et du Parlement, au détriment de celui du président.
Il avait également annoncé la tenue d’un référendum en vue de ces changements substantiels, sans préciser toutefois la date à laquelle serait organisé le vote.

V. Poutine veut conserver le caractère présidentiel de la Constitution actuelle, il n’est pas question de changer de système a-t-il dit, mais il veut donner davantage de poids et de prérogatives, à la fois au Parlement et au Premier ministre.
Le principal changement concernerait la nomination du gouvernement: la Douma se verrait confier la charge de choisir le Premier ministre et ses ministres – le président étant alors chargé de valider ce choix.
Une inversion des rôles en quelque sorte, le président conservant un certain nombre de prérogatives, et la possibilité de limoger le Premier ministre si le besoin s’en faisait sentir…

Le maitre du Kremlin propose cette réforme de la Constitution alors que lui-même n’a pas le droit de se représenter à la fin de son mandat en 2024. Cette réforme constitutionnelle ne fera que nourrir les spéculations et les rumeurs quant aux intentions de V. Poutine pour 2024.

Un des scénarii déjà évoqué, serait qu’il redevienne Premier ministre et qu’il adopte cette fonction au rôle et au statut renforcés. Un remake de 2008…

L’autre modification de la Constitution proposée par V. Poutine cherche à renforcer le rôle du Conseil d’Etat. C’est une institution méconnue qui regroupe le président et les gouverneurs des régions russes.

Certains ont imaginé ici à Moscou, que V. Poutine pourrait prendre la tête de ce Conseil d’Etat après 2024, afin de conserver la réalité du pouvoir…

Le gouvernement Medvedev souffrait d’une mauvaise image.
Le Premier ministre démissionnaire a vu sa cote de popularité chuter après une série de bourdes, de maladresses et une réforme des retraites mal digérée par l’opinion.
Durant ses années à la tête du gouvernement, il s’était progressivement effacé de la scène politique.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.