Des drogues de synthèse produites en Afrique: L’ONUDC lance l’alerte

Des drogues de synthèse produites en Afrique: L’ONUDC lance l’alerte
L’Office des Nations Unies contre la drogue et le crime (ONUDC) asouligné, depuis Abidjan, que les économies des pays ouest-africains subissent annuellement une grosse perte à cause de la drogue. Le manque à gagner est estimé par cet organisme à environ 1,3 milliard de dollars américains. Selon le représentant régional de l’ONUDC, Pierre Lapaque, les estimations financières générées par le trafic de cocaïne dans la région, s’élèvent à environ 1,3 milliard de pertes pour les économies des pays ouest-africains dans les secteurs de la santé, du travail et autres.
Pour rappel, l’Afrique de l’Ouest est devenue un bastion de consommation et même de production de drogue, après avoir été auparavant une zone de transit, assure P. Lapaque qui s’appuie sur les dernières découvertes faites dans la région, notamment au Nigeria concernant les drogues de synthèse.
En fait, un laboratoire de méthamphétamine a été découvert recensement au Nigeria, à Asaba, capitale de l’Etat du Delta. Le laboratoire produisait entre trois et quatre tonnes de méthamphétamine par cycle de fabrication.
Environ « 10% des médicaments qui circulent en Afrique de l’Ouest sont contrefaits et nuisibles à la santé avec, dans certains pays, des pics à plus de 30% de médicaments frauduleux », précise le responsable de l’ONUDC.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.