Des partis politiques épinglés par D. Jettou : Les sous de la discorde…

Des partis politiques épinglé par D. Jettou : Les sous de la discorde…
Des partis politiques épinglé par D. Jettou : Les sous de la discorde…

Erreur de la base de données WordPress : [Got error 28 from storage engine]
SELECT `wp_adrotate`.`id`, `wp_adrotate`.`title`, `wp_adrotate`.`bannercode`, `wp_adrotate`.`image`, `wp_adrotate`.`tracker`, `wp_adrotate_linkmeta`.`group` FROM `wp_adrotate`, `wp_adrotate_linkmeta` WHERE ( `wp_adrotate_linkmeta`.`group` = 1) AND `wp_adrotate_linkmeta`.`user` = 0 AND `wp_adrotate`.`id` = `wp_adrotate_linkmeta`.`ad` AND (`wp_adrotate`.`type` = 'active' OR `wp_adrotate`.`type` = '2days' OR `wp_adrotate`.`type` = '7days') GROUP BY `wp_adrotate`.`id` ORDER BY `wp_adrotate`.`id`;

La Cour des comptes a publié le 29 avril un rapport d’audit des comptes des partis politiques au titre des subventions publiques qu’ils ont perçues en 2017. Il en ressort que quatre formations sur les 34 concernés n’ont pas produit leurs comptes annuels 2017 à la Cour des comptes, contrairement à ce que la loi prévoit.

Il s’agit du Parti Marocain Libéral, du Parti de l’Union Marocaine pour la Démocratie, le Parti Démocrate National et du Parti de l’Union Nationale des Forces Populaires.

On signalera que le montant de l’enveloppe budgétaire prévu par la Loi de finances 2017 pour le soutien accordé aux partis politiques est de l’ordre de 80 MDH. La contribution effectivement accordée a atteint 73,73 MDH, contre 62,74 MDHen 2016 et 61,22 en 2015.

Le gros (58,59 MDH) est allé à la « couverture des frais de gestion accordée à 27 partis ayant participé au scrutin d’octobre 2016 ». Une part spécifique (15,14 MDH) est octroyée pour les frais d’organisation des congrès nationaux ordinaires.

On signalera aussi que la part des subventions publiques dans les ressources financières des partis tourne en moyenne autour de 59%. Pour 11 (petits) partis, cette part va jusqu’à 100 %. Le parti le moins dépendant des aides publiques est le PPS (35 %), juste devant le RNI (36 %) et le PJD (46 %).

Reste le montant que les partis n’ont pas restitué au trésor, alors qu’ils étaient indus, non utilisés, ou n’ont pas été appuyés par des pièces justificatives : 18,40 MDH au total. Avec 6,7 MDH « non appuyés par des pièces justificatives » et engagés pour les élections régionales de 2015 le Parti de l’Istiqlal est le premier débiteur du Trésor.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.