Des S-400 pour l’Irak 
Des S-400 pour l’Irak 

L’Irak a besoin de systèmes de défense antiaérienne et envisage l’achat de missiles russes S-400, selon le Wall Street Journal, se référant à un parlementaire irakien à la commission de sécurité et de défense.

Face à la nécessité de renforcer sa défense aérienne, l’Irak pourrait acheter des systèmes S-400 à la Russie, rapporte le Wall Street Journal.

Karim Alawi, membre de la commission de sécurité et de défense au Parlement irakien, a raconté au journal que son pays avait besoin de systèmes de défense antiaérienne et que les Américains les avaient déçus à maintes reprises en ne les aidant pas à se procurer les armements indispensables.

«Nous négocions avec la Russie la question de la livraison de systèmes de missiles S-400, mais nous n’avons pas encore signé de contrats. Nous devons obtenir ces systèmes, surtout après que les Américains nous ont maintes fois déçus en ne nous aidant pas à nous procurer les armes qu’il nous faut», a-t-il expliqué au journal.

Le député a précisé qu’il y a trois mois une délégation irakienne s’était rendue en Russie et avait tenu une série de consultations.
Cependant les pourparlers ont été suspendus suite à la crise politique en Irak et la démission du Premier ministre Adel Abdel-Mehdi.

Après que Bagdad a exigé que des unités américaines qu’elles se retirent du pays, les députés ont chargé le Premier ministre d’acquérir des systèmes antiaériens de n’importe quel pays, «à la Russie ou n’importe quel autre», relate le journal.

Jeudi 9 janvier, suite aux frappes américaines, les autorités irakiennes ont annoncé avoir repris les négociations avec la Russie pour l’achat de systèmes sol-air S-300.
Système en service dans les armées des pays voisins de l’Irak, en Syrie et en Iran.

Un autre pays limitrophe, la Turquie, dispose des systèmes plus sophistiqués S-400. L’achat de S-400 russes a valu à la Turquie son exclusion du programme F-35 par les États-Unis, son allié au sein de l’Otan.

Dans la nuit du 2 au 3 janvier, le Pentagone a mené une opération spéciale près de l’aéroport de Bagdad qui a entraîné l’assassinat du général iranien Qassem Soleimani, commandant de la Force Al-Qods, unité d’élite des Gardiens de la révolution, et d’Abou Mehdi al-Mouhandis, numéro deux des Hachd al-Chaabi.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.