Dialogue politique relancé au Burkina-Faso: Peu importe le retard…
Dialogue politique relancé au Burkina-Faso: Peu importe le retard…

Le dialogue politique initié par le président du Burkina Faso, Roch Marc Christian Kaboré, s’est ouvert lundi 15 juillet dans la capitale Ouagadougou. Annoncé pour avril dernier, ledit dialogue d’intérêt national se poursuivra jusqu’au 22 juillet.

Roch Marc Christian Kaboré cherche à marquer son mandat sous le sceau de l’apaisement de la vie politique burkinabè. Et faire publier les soubresauts de ces derniers mois marqués au fer fortes divergences entre l’opposition et le gouvernement.

Le chef de l’État a ainsi fait part de sa volonté de mettre « la question du pouvoir au second plan » pour se concentrer « sur la cohésion et l’unité de l’État ».
Dans son discours d’ouverture, le président s’est voulu à l’écoute des partis politiques, de la majorité comme de l’opposition, afin que ceux-ci puissent apporter « leur contribution » à la gestion du pays.

Plusieurs problématiques sensibles seront abordées lors de cette semaine d’échange, notamment la question du vote des Burkinabè de la diaspora aux prochaines élections, mais aussi « le contexte sécuritaire particulier » entourant ce scrutin.
Le président Kaboré a réaffirmé sa « volonté de faire tenir des élections libres, démocratiques et transparentes sur l’ensemble du territoire national et à l’étranger ».

Si ce dialogue permet de mobiliser la classe politique, l’analyste Abdoul Karim Saidou du Centre pour la gouvernance démocratique rappelle tout de même que nombre de ces questions ont déjà fait l’objet de consultations sans pour autant aboutir à des réformes concrètes.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.