Après la relance du dialogue social, un accord devait être signé jeudi entre gouvernement, syndicats et patronat, couronnant ainsi les rounds de négociations ad hoc. L’accord constituerait un premier acquis « social » réalisé par le gouvernement de Saad-Eddine El Othmani là où son prédécesseur avait échoué.

L’accord tripartite devrait répondre à plusieurs revendications des syndicats dont l’augmentation générale des revenus pour les salariés du public et du privé. Ainsi, les centrales qui avaient émis un ensemble de remarques sur des points toujours pendants ont eu gain de cause sur quelques dossiers.

L’accord ferait écho aux exigences de la Confédération patronale (CGEM) qui cherchait à faire avancer des dossiers législatifs bloqués depuis des années. Il s’agirait d’une architecture susceptible d’engager les différentes parties sur la loi organique sur la grève et le décret sur les contrats à durée déterminée dont la promulgation est prévue en 2019.

Le document qui a fuité concerne la revalorisation du SMIG à partir de juillet et l’amélioration des revenus. Ainsi, l’accord prévoit une augmentation générale des salaires pour les fonctionnaires des administrations publiques et des collectivités locales et les salariés des établissements publics à caractère administratif sur la base d’une hausse nette de 500 DH pour les fonctionnaires des échelles de 6 à 9 et les échelons de 1 à 5 de l’échelle 10 (ou équivalent), versée sur la base de 200 Dh à partir du 1er mai 2019, 200 Dh en janvier 2020, et 100 Dh en janvier 2021.

Une hausse nette de 400 Dh pour les fonctionnaires avec l’échelon 6 et plus de l’échelle 10 qui sera ventilée sur la base de 200 Dh à partir du 1er mai 2019, 100 Dh en janvier 2020, et 100 Dh en janvier 2021.

L’augmentation des allocations familiales de 100 Dh pour chaque enfant dans la limite de trois enfant à partir du 1er juillet 2019. La création d’un nouveau grade de promotion pour les fonctionnaires dont le parcours de promotion s’achève au niveau des échelles 8 et 9.

L’amélioration des conditions de promotion pour les enseignants du primaire et le personnel détaché des ministères de l’économie et de l’administration ainsi que les attachés pédagogiques classés actuellement au grade n°2 et qui ont été intégrés à la fonction publique la première fois dans les échelles 7 et 8. L’amélioration des conditions de promotion pour les enseignants du primaire et du secondaire, le personnel

détaché des ministères de l’économie et de l’administration ainsi que les attachés pédagogiques classés actuellement à l’échelle 9 et qui ont été intégrés à la fonction publique la première fois dans cette même échelle.

En sus, l’accord prévoit aussi la poursuite du dialogue au sujet des différentes revendications sectorielles et catégorielles (les techniciens, les médecins) et l’ouverture du dialogue au niveau des établissements publics à caractère commercial, industriel et de services.

Concernant le secteur privé, l’accord prévoit une revalorisation du SMIG de 10% sur deux ans, 5% à partir de juillet 2019 et le reste en juillet 2020. Le SMAG sera aussi augmenté dans les mêmes proportions (10% sur deux ans), outre l’augmentation des allocations familiales de 100 Dh pour chaque enfant dans la limite de trois enfant à partir du 1er juillet 2019.

L’accord prévoit aussi l’institutionnalisation du dialogue social et le renforcement des mécanismes de résolution de conflits via la création de différents mécanismes permanents.

En matière de législation et des libertés syndicales, le Patronat a conditionné sa contribution dans l’amélioration des revenus des salariés par la programmation de l’adoption de certains textes, spécialement la loi organique sur la grève…

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.