Erreur de la base de données WordPress : [Got error 28 from storage engine]
SELECT `wp_adrotate`.`id`, `wp_adrotate`.`title`, `wp_adrotate`.`bannercode`, `wp_adrotate`.`image`, `wp_adrotate`.`tracker`, `wp_adrotate_linkmeta`.`group` FROM `wp_adrotate`, `wp_adrotate_linkmeta` WHERE ( `wp_adrotate_linkmeta`.`group` = 1) AND `wp_adrotate_linkmeta`.`user` = 0 AND `wp_adrotate`.`id` = `wp_adrotate_linkmeta`.`ad` AND (`wp_adrotate`.`type` = 'active' OR `wp_adrotate`.`type` = '2days' OR `wp_adrotate`.`type` = '7days') GROUP BY `wp_adrotate`.`id` ORDER BY `wp_adrotate`.`id`;

Le ministre des Affaires Étrangères et de la Coopération Internationale, Nasser Bourita a reçu, en début de semaine, à Rabat, le sous-secrétaire d’Etat aux affaires politiques des États-Unis, l’Ambassadeur David Hale. Lors de cette visite, qui s’inscrit dans le cadre du partenariat stratégique entre les deux pays, les deux responsables ont discuté des moyens à même de renforcer davantage le dialogue stratégique, ainsi que la concertation sur les questions régionales d’intérêt commun, indique un communiqué du MAECI.

Mais il faut dire que le déplacement du 3ème homme de la diplomatie US à Rabat n’est pas aussi anodine puisqu’elle intervient à la veille de la réunion du Conseil de sécurité prévue mercredi 10 avril pour examiner les deux rapports respectivement politique de l’Envoyé personnel du SG de l’ONU, Horst Köhler, et technique, du Représentant spécial de Guterres, chef de la Minurso, Colin Stewart.  Réunion qui se déroule aussi une semaine après la présentation du rapport de Guterres, le 3 avril dernier. L’intérêt US pour le dossier n’est plus à démontrer puisque c’est Washington qui assure le rôle de « porte-plume » dans ce dossier litigieux vieux de plusieurs décades. Un rôle loin d’être purement protocolaire, l’administration US faisant pression pour « dégager une solution rapide », comme l’avait annoncé John Bolton, responsables des affaires de sécurité auprès de l’administration Trump. Pour s’en convaincre, il suffit de rappeler que c’est sous cette administration US que le mandat de la Minurso a été écourté de moitié…

L’ancien président allemand, qui prend ses quartiers à Berlin, devra intervenir en visioconférence pour briefer les Quinze membres du conseil de sécurité sur les résultats des deux premières manches de pourparlers quadripartites (Maroc, Algérie, polisario et Mauritanie) tenus à Genève, respectivement les 5 et 6 décembre 2018, et les 21 et 22 mars 2019. Deux rounds qui n’ont pas réalisé la moindre avancée réelle. Les séparatistes du Polisario s’arcboutant toujours à l’option référendaire et alimentant la tension sur le terrain, comme le relèvera certainement le chef de la Minurso, le Canadien Colin Stewart, au regard des «violations» enregistrées de part et d’autre du dispositif de défense marocain.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.