Drame au large de Sfax : Un groupe de Marocains parmi les 60 disparus
Drame au large de Sfax : Un groupe de Marocains parmi les 60 disparus

Erreur de la base de données WordPress : [Got error 28 from storage engine]
SELECT `wp_adrotate`.`id`, `wp_adrotate`.`title`, `wp_adrotate`.`bannercode`, `wp_adrotate`.`image`, `wp_adrotate`.`tracker`, `wp_adrotate_linkmeta`.`group` FROM `wp_adrotate`, `wp_adrotate_linkmeta` WHERE ( `wp_adrotate_linkmeta`.`group` = 1) AND `wp_adrotate_linkmeta`.`user` = 0 AND `wp_adrotate`.`id` = `wp_adrotate_linkmeta`.`ad` AND (`wp_adrotate`.`type` = 'active' OR `wp_adrotate`.`type` = '2days' OR `wp_adrotate`.`type` = '7days') GROUP BY `wp_adrotate`.`id` ORDER BY `wp_adrotate`.`id`;

Plus de la moitié de la soixantaine de morts dans un naufrage au large de la Tunisie venaient du Bangladesh, ont indiqué autorités et humanitaires. A bord de l’embarcation qui a pris l’eau, 75 à 80 personnes, peut-être 90, étaient en partance vers l’Europe.

En majorité Bangladais, dans le lot des portés disparus se trouvent aussi des Egyptiens, des Marocains, des Tchadiens, et d’autres. Un seul Marocain a été sauvé par un bateau de pêche tunisien au large de Sfax. Le naufrage survenu dans la nuit de vendredi à samedi a eu lieu en Méditerranée. Il a fait une soixantaine de morts.

Mais il était déjà trop tard pour son cousin et son beau-frère, âgés de 22 et 26 ans.

Les rescapés ont 60 jours pour décider s’ils veulent rentrer chez eux, demander l’asile via le HCR ou rester par leurs propres moyens en Tunisie. Le pays, confronté à d’importantes difficultés, avec un chômage élevé et des services de santé et d’éducation à la peine, n’a pas de loi sur l’asile.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.