Des élus tombent : L’Istiqlal en colère

Des élus tombent : L’Istiqlal en colère
Le parti de l’Istiqlal n’hésite plus à s’en prendre au ministère de l’Intérieur qui chercherait, selon Hamid Chabat, à réduire l’aura de la formation d’Allal El Fassi à n’importe quel prix. Ce qui explique la montée en puissance des critiques bien istiqlaliennes est imputable à plusieurs mesures prises à l’encontre des élus du PI et à leur tête le Président de la Région Dhakhla Oued Eddahab. En effet, c’est le tribunal administratif d’Agadir qui a décidé « l’annulation de la décision administrative négative émanant du ministre de l’Intérieur, avec toutes les conséquences juridiques qui en découlent » concernant le recours contre l’élection du président de la région Dakhla-Oued Eddahab. Décision motivée par la requête introduite par le PAM auprès du tribunal administratif d’Agadir, contestant l’élection de Yanja Khatat à la tête de la région Dakhla-Oued Eddahab, ce dernier résidant de «manière quasi-permanente en République islamique de Mauritanie». Cette décision a eu un écho inattendu dans les provinces sahariennes où des ténors de l’Istiqlal ont tenu à exprimer leur ire en rappelant que ce qui les lie au Maroc relève exclusivement de l’allégeance au Trône… Voilà de quoi attiser davantage la tension autour de la lecture que l’on pourrait faire de la saillie de Hamdi Ould Errachid. En attendant, le patron de l’Istiqlal a le temps pour digérer les sentences qui ont touché ses deux fils pour magouilles électorales.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici