Enseignants en colère : « Pas d’année blanche », assure M. El Khlafi

Enseignants en colère : « Pas d’année blanche », assure M. El Khlafi
Enseignants en colère : « Pas d’année blanche », assure M. El Khlafi

Mustapha El Khalfi, porte-parole du gouvernement, assure que le statut des enseignants « contractuels », actuellement 55.000 en poste et 15.000 en cours de formation, «a été amendé au niveau de 31 articles dont l’un est lié au renouvellement des contrats, désormais supprimé». Il a en outre renouvelé la fermeté du gouvernement envers d’éventuelles tentatives de perturbations du bon déroulement des cours dans les établissements.

«Je peux vous assurer qu’il n’y aura pas d’année blanche», a insisté le porte-parole du gouvernement, indiquant que des mesures ont été prises pour préserver les intérêts des élèves et des parents.

Ces assurances interviennent au lendemain de la convocation de l’ensemble des Académies régionales de l’éducation et de la formation (AREF) de sessions extraordinaire de leur conseil d’administration avec un seul point à l’ordre du jour à savoir la révision du statut particulier des cadres des AREF. Cette révision porte sur l’introduction des 14 amendements annoncés par Saïd Amzazi, samedi dernier, lors d’une rencontre avec les syndicats représentatifs du secteur. Après examen et débat, ces amendements ont été adoptés à l’unanimité par les conseils d’administration de dix académies et à la majorité par les deux académies restantes, est-il précisé.

« Ces amendements vont permettre aux cadres enseignants des AREF de bénéficier des droits similaires à ceux du personnel du ministère de l’Éducation : salaires, protection sociale, titularisation, promotion… », tient à rappeler Mohamed Adardour, directeur de l’académie de la région de Rabat.

À ce titre, il signale que son académie a déjà entamé l’opération de titularisation des cadres enseignants stagiaires de la promotion de 2016 avec la titularisation à ce jour de 474 stagiaires sur un total de 1.400 personnes. Le gouvernement a annoncé une série de mesures pour le statut des enseignants contractuels, la plus importante étant l’annulation de la disposition imposant le renouvellement des contrats tous les deux ans.

Il y a lieu de rappeler que la coordination des enseignants contractuels poursuit mouvement de grève pour la deuxième semaine et exige l’intégration des enseignants contractuels à la fonction publique.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.