Enseignants stagiaires vs gouvernement : Pression continue

Enseignants stagiaires vs gouvernement : Pression continue
On apprend auprès de la Coordination nationale des enseignants stagiaires, dont les stagiaires ont organisé des sit-in devant pas moins 81 délégations provinciales de l’éducation nationale, que le ministère a commencé, depuis mercredi, à verser indemnités et bourses en souffrance depuis septembre. Cela n’a pas empêché les professeurs stagiaires de continuer leurs différentes formes de protestation. Ils affichent leur détermination à continuer le boycott des stages prévus initialement à partir du lundi 14 novembre et jusqu’au vendredi 18 novembre et ce, parce qu’ils considèrent qu’il s’agit d’une autre manœuvre du MEN et réclament une satisfaction totale de leur dossier revendicatif. Selon Mohamed Oumerjij, « les professeurs stagiaires n’ont pas mené cette bataille pour décrocher les indemnités et les bources qui leurs reviennent de droit, mais pour l’ensemble du dossier revendicatif ». A la tête de ces revendications vient selon lui, la résolution du problème des 9 professeurs stagiaires du centre Al Irfan écartés de la Certification Microsoft Office Specialist (MOS) (programme signé entre le ministère et Microsoft afin de renforcer les capacités des professeurs en informatique). Les professeurs stagiaires réclament, également, de faire bénéficier l’ensemble de la promotion 2015-2016 de cette certification. Et qui dit mieux, les professeurs veulent reprendre le dialogue avec le ministère autour des fameux décrets du ministère de tutelle qu’ils jugent injustes.
Selon la même source, la preuve que les professeurs stagiaires sont déterminés à continuer leur programme de lutte.
Rappelons que les enseignants stagiaires justifient leur grève par le non-respect de l’accord du 21 avril, en vertu duquel la promotion 2015-2016 devrait passer un concours en décembre 2016 pour une affectation à la fonction publique dès janvier 2017. Chose que les professeurs craignent que le ministère ne respecte pas. Ce qui augure de la reprise du bras de fer lancé depuis juillet 2015. Pour rappel, les enseignants s’opposaient à la promulgation de deux décrets par le ministère de l’Éducation nationale. Le premier met un terme à l’intégration automatique des professeurs stagiaires dans la fonction publique après la fin de leur formation. Le second réduit de moitié la bourse qui passe de 2 454 dirhams à 1 200 dirhams.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.