Espadon et sole dans les filets de la BNPJ: Et la sardine?

Espadon et sole dans les filets de la BNPJ : Et la sardine ?
Des médias ont rapporté récemment que l’espadon est revenu sur les étals des poissonniers de la région nord. Une réapparition bien miraculeuse après l’épisode dramatique d’Al-Hoceima qui a permis (au prix de la mort d’homme) aux responsables d’ouvrir, enfin, les yeux sur les circuits mafieux qui gangrènent la pêche. Mais voilà que d’autres médias font état de l’implication du ministère de l’Intérieur dans le dévoilement de lobbies qui monopolisent, toujours dans la zone Nord, le marché de la sole et spéculent pour maintenir ses prix élevés. En charge de l’enquête, la brigade nationale de la police judiciaire aurait même remonté dans ses filets de gros poissons qui fraudent sur les prises et leur commerce aussi bien sur le marché local qu’à l’export. La question récurrente qui reste sans réponse est liée, elle, au rôle imparti à la tutelle et à ses divers intervenants. Pourquoi ferment-ils les yeux sur les requins qui officient au grand jour ? Requins qui s’agitent dans tous les sens pour priver les Marocains des richesses halieutiques qui pullulent le long des 3500 kilomètres de côtes. En agissant tels des parasites qui s’attaquent non seulement au pouvoir d’achat de la masse, mais aussi en détruisant au passage le gagne-pain des mareyeurs-pêcheurs ? Lorsqu’on sait que la sardine est vendue à moins de 2 Dh le kilo au débarquement, pourquoi la retrouve-t-on sur le marché de bouche à au moins 20 Dh le kilo, la fraîcheur en moins ?
Pourtant, dans la stratégie Halieutis, souvenons-nous, une des priorités retenues se réfère au développement du marché local avec un cahier des charges bien défini pour tous les acteurs. Pourquoi dès lors on est-on toujours à subir les coups de queue répétitifs d’une bande de requins sans foi ni loi ?
La BNPJ gagnerait à ne pas se focaliser sur le seul cas des espèces nobles. Les circuits mafieux des petits pélagiques méritent aussi d’être scrutés à la loupe pour permettre aux Marocains d’avoir leur ration de poisson. Tant que la double façade maritime est encore généreuse.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.