Exposition des cosmonautes aux radiations: Faut-il s’en inquiéter ?

Exposition des cosmonautes aux radiations Faut-il s’en inquiéter
Exposition des cosmonautes aux radiations Faut-il s’en inquiéter

Erreur de la base de données WordPress : [Got error 28 from storage engine]
SELECT `wp_adrotate`.`id`, `wp_adrotate`.`title`, `wp_adrotate`.`bannercode`, `wp_adrotate`.`image`, `wp_adrotate`.`tracker`, `wp_adrotate_linkmeta`.`group` FROM `wp_adrotate`, `wp_adrotate_linkmeta` WHERE ( `wp_adrotate_linkmeta`.`group` = 1) AND `wp_adrotate_linkmeta`.`user` = 0 AND `wp_adrotate`.`id` = `wp_adrotate_linkmeta`.`ad` AND (`wp_adrotate`.`type` = 'active' OR `wp_adrotate`.`type` = '2days' OR `wp_adrotate`.`type` = '7days') GROUP BY `wp_adrotate`.`id` ORDER BY `wp_adrotate`.`id`;


La mortalité des astronautes par maladies cardiovasculaires ou par cancers n’est pas plus élevée, malgré une exposition accrue aux radiations, d’après les chercheurs américains Robert Reynolds et Steven Day, de la société Mortality Research & Consulting, Inc. Leur étude, parue dans la revue Occupational & Environmental Medicine, met en parallèle la santé des astronautes de la Nasa et des sportifs professionnels, depuis les débuts de la conquête spatiale à nos jours.


En effet, le métier d’astronaute, comme celui d’athlète de haut niveau, n’est pas à la portée de n’importe qui. Seule, une poignée de 12 candidats a été retenue par la Nasa pour sa promotion 2017, alors que 18.300 s’étaient présentés. Cette sélection minutieuse ne garde que les plus aptes physiquement et mentalement, ce qui signifie que les astronautes forment une minorité de personnes en meilleure santé que la population générale. D’où la nécessité pour les chercheurs de trouver un groupe d’individus d’égal niveau de bonne santé, mais qui n’ont jamais eu à travailler dans l’espace, pour servir de témoins.
Les chercheurs ont comparé la mortalité des astronautes à celle des joueurs de la NBA et de la Ligue majeure de baseball entre janvier 1960 et mai 2018. Ces athlètes ressemblent aux astronautes « sur de nombreux aspects importants, sauf qu’ils ne sont jamais allés dans l’espace », indique Robert Reynolds, à Reuters. Ils reflètent donc l’état de santé des astronautes si ces derniers « occupaient un emploi comparable » mais en étant restés toute leur vie sur Terre.
Ce rapprochement permet d’éviter ce qu’on appelle en statistiques, « un biais lié aux travailleurs sains » (healthy worker effect) : les risques de décès sont moins élevés chez les astronautes par le simple fait qu’ils soient aptes à « devenir astronautes et à le rester », notent les chercheurs dans leur article.
Les chercheurs ont constaté que les astronautes, comme les sportifs professionnels, affichent une mortalité inférieure à la population globale. On note cependant quelques différences quant aux causes de décès, les astronautes étant plus souvent victimes de facteurs extérieurs, tels des accidents, et ayant moins de chance de succomber à des maladies cardiovasculaires et autres causes naturelles mais prématurées.
Ces résultats indiquent que l’exposition aux radiations n’a, dans l’ensemble, pas entraîné de décès prématurés, liés à des maladies cardiaques ou des cancers, chez les astronautes. « Nous pensons que la santé cardiovasculaire est le facteur le plus important dans leur longévité », déclare R. Reynolds, qui souligne que les données limitées ne permettent pas d’être catégorique. L’étude ne porte en effet que sur les astronautes de la Nasa de sexe masculin, soit moins de 300 personnes.

Alors que les agences spatiales gouvernementales ou privées rêvent du premier Homme sur Mars dès les années 2030, cette étude paraît de bon augure. Mais attention cependant aux conclusions trop hâtives. Elle ne signifie pas que le voyage spatial est sans danger, car jusqu’à maintenant, les astronautes des missions Apollo vers la Lune et l’équipage de l’ISS ont été soumis à « des doses [de radiations] faibles », commente pour Reuters Francis Cucinotta, spécialiste des radiations à l’université du Nevada, qui n’est pas impliqué dans l’étude. « La dose sera 50 à 100 fois plus élevée pour une mission sur Mars. »

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.