Fédération Royale Marocaine de Tennis: L'envers du décor...
Fédération Royale Marocaine de Tennis: L'envers du décor...

Si les statuts exigent la tenue de l’Assemblée Générale Ordinaire avant le coup d’envoi de la saison sportive, le président de la FRMT en fait le contraire.
Ce qui est récurrent depuis l’arrivée de Fayçal Laaraichi à la tête de la Fédération Royale Marocaine de Tennis il y a plus de dix ans.

Ce fut une assemblée de béni-oui-oui où tout le monde est beau, tout le monde est gentil !
Ce que certains habitués à caresser au sens du poil ont corroboré en le déclarant aux médias notamment aux chaînes TV dont le patron depuis 20 ans n’est que le président de la FRMT.

Et c’est bien lui qui se trouve à la tête du CNOM qui ,après deux ans n’a pas tenu son Assemblée Générale, et persiste à gérer avec ses copains coquins qu’il a recrutés à titre personnel pour faire ce que bon lui semble et non ce que les statuts stipulent !
Ce que Fayçal Laaraichi fait même au sein de la FRMT avec un sempiternel DTN, blablateur!

Avec un budget de presque 30 millions de dirhams dont le tiers provient du ministère de la Jeunesse et des Sports et de plus de 40 p.c des droits TV ( Charité bien ordonnée commence par soi-même quand on sait que le président de la FRMT est le patron de la SNRT et donc il est dans une situation de conflits d’intérêts) le bilan sportif est modeste.

Et last but not least, on s’interroge sur le sort de l’audit de la gouvernance de la deuxième liste des fédérations sportives.
Un audit qui accuse beaucoup de retard bien que l’avis d’appel d’offres ait été déjà lancé en novembre 2018.
La gouvernance de la Fédération Royale Marocaine de Tennis comme celle du football et bien d’autres Fédérations mérite d’être épinglée !

Quant au haut niveau au tennis, on est loin du compte et l’on enregistre avec fiel que le meilleur tennisman au classement ATP n’est même pas parmi les 400 premiers à l’échelle mondial.

Concernant les ligues régionales qui n’existent pas dans le dictionnaire du président de la FRMT, un apôtre du jacobinisme, on envisage de demander au ministère de la Jeunesse et des Sports une dérogation!
Ce qui est incohérent car en vertu la loi sur le sport, le ministère de la Jeunesse et des Sports accorde des dérogations au découpage régional et non à être exonéré de l’obligation de la mise en place des ligues régionales. Fayçal Laaraichi minore-t-il à ce point la régionalisation face à l’État qui a décrété il y a quatre ans déjà la régionalisation avancée ?

Fayçal Laaraichi en fait de même au CNOM dont les statuts et la loi sur le sport exigent la création des Comités Régionaux Olympiques…

Voici en quelques maux la Fédération Royale Marocaine de Tennis à laquelle ont assisté un nombre important de dirigeants de clubs de pacotille ! On reprend les mêmes et on recommence !

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.