L’épée de Damoclès du ministère de la Jeunesse et des Sports est tombée sur des comités directeurs défaillants de fédérations sportives. Rachid Talbi Alami n’en fait pas dans la dentelle. La régulation est indispensable.

Le ministère de la Jeunesse et des Sports a déjà mis en place deux comités provisoires: le premier pour gérer les affaires courantes de la Fédération Royale Marocaine de Voile et le second pour la Fédération Royale Marocaine de l’Aviation Légère.

Trois mises en demeure ont été notifiées récemment aux présidents des fédérations de basketball, du Cricket et des Echecs. Cette dernière est présidée même par un fonctionnaire du département de la Jeunesse et des Sports et qui est poursuivi en justice pour malversations financières et dilapidation des deniers publics.

D’autres mises en demeure de six autres fédérations sportives notamment le Rugby sont dans le pipe.

Le processus de régulation tant attendu n’a que commencer. Il fallait attendre un ministre qui a quand même un peu de courage politique pour assainir la situation:  Rachid Talbi Alami a osé bousculer le cocotier. Sa réunion récente avec 27 présidents de fédérations sportives olympiques a été l’occasion de mettre l’accent sur le nouveau mode de gouvernance des fédérations sportives. Un mode dont les contours seront clarifiés et déclinés dans la convention d’objectifs et dont  le système doit graviter à 70 p.c autour du volet technique. Mais il y a un préalable, rappelle le ministre de la Jeunesse et des Sports, il n’est pas possible de parler de convention d’objectifs avec les dirigeants d’une fédération sportive si elle n’est pas habilitée, nous a confié un président d’une fédération.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.