Feuilleton législatif « Benky Family » : Double face…

Feuilleton législatif « Benky Family » : Double face…
Il court, il court à tout rompre notre vénérable Abdelilah Benkirane. Y compris le cordon ombilical fort ténu qu’il a su préserver en assumant une vie double : celle de chef de gouvernement qui s’est greffée à celle de chef de file des islamistes. Les plus invétérés de ses détracteurs comme ses contempteurs les plus inconditionnels s’accordent à dire que le vieux militant islamiste qu’il est doté du souffle du meilleur de nos coureurs de fonds. Si eux arrivent à tenir à force de discipline et de bien d’autres choses que les éprouvettes des contrôles intempestifs finissent bien par sanctionner, lui se dope à ce que bien des partisans de l’effort appellent « moraline » ; un moral de fer et beaucoup de sueur exudée dans la discipline. Voilà qui a fait de Benkirane, cette bête politique qui n’a jamais cru à « sa bonne étoile » (celle qui l’a conduit directement, par un concours de circonstances inespéré du quartier des Orangers au Méchouar), l’energumène qu’il est. Il a vite troqué ses gandoura pour le costume cravate de la fonction publique sans pour autant oublier, l’ombre d’une seconde, ce qu’il représente aux yeux de ses frères et de lui-même : un islamiste qui a son programme et qui entend le faire aboutir. De tout cela, bien des observateurs en sont conscients et savent décortiquer le moindre de ses faits et gestes, comme le signe Rabea qui rappelle à qui veut l’entendre la solidarité agissante entre Frères du Maroc avec leurs homologues d’Egypte. Et tant-pis si les relations entre Rabat et le Caire s’ombragent pour une gestuelle qui a un sens (géo) politique des plus relevés. Alors, il ne faut surtout pas s’étonner si le patron de l’Exécutif qui doit donner l’exemple, loin de tout sectarisme, abandonne un hôte allemand de marque aux soins de Benchamass, patron de la 2ème chambre, au lieu de le recevoir pour évoquer le commerce maroco-allemand qui a besoin d’être hissé à un niveau supérieur. Laissant le soin au Méchouar de gérer un dossier diplomatique stratégique au service duquel il aurait du plier comme l’exigent les convenances. Et écourte une rencontre avec le représentant de l’Empire du Milieu dans le Royaume pour aller faire trempette dans le bain de foule qu’il affectionne tant. On est ainsi face à un chef de gouvernement qui fait les choses à moitié doublé d’un militant islamiste qui adore haranguer les foules qui ne sont toujours pas lassés de l’entendre déblatérer à tort et à travers. Benky a certainement le trait qui sied à tout islamiste qui se respecte : la double face. Il compose avec le système marocain tant que celui sert ses intérêts… Et affiche les crocs à la moindre occasion pour exiger plus. Benkirane a un pied dedans et un pied dehors. Tantôt il affiche sa fidélité à toute épreuve au système, tantôt il bouillonne contre le « tahakkoum », ce totalitarisme qu’il décrie alors qu’il fait partie intégrante du système. Les Marocains ont une formule pour résumer cette salade russe qu’il affectionne tant : notre Benky a sept visages. Et le pire c’est qu’il continue de l’afficher toute honte bue. Puisse Dieu nous préserver des torts que porte au pays cette vieille connaissance. Quant aux autres, les Marocains ont assez de lucidité pour oser croiser le fer contre eux. Pourvu que la construction démocratique puisse suivre son petit bonhomme de chemin. N’en déplaise aux partisans des fatwas et autres galimatias du genre.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.