Fichier électoral vicié au Congo: L’opposition s’agite…

Fichier électoral vicié au Congo: L’opposition s’agite…
Fichier électoral vicié au Congo: L’opposition s’agite…

Erreur de la base de données WordPress : [Got error 28 from storage engine]
SELECT `wp_adrotate`.`id`, `wp_adrotate`.`title`, `wp_adrotate`.`bannercode`, `wp_adrotate`.`image`, `wp_adrotate`.`tracker`, `wp_adrotate_linkmeta`.`group` FROM `wp_adrotate`, `wp_adrotate_linkmeta` WHERE ( `wp_adrotate_linkmeta`.`group` = 1) AND `wp_adrotate_linkmeta`.`user` = 0 AND `wp_adrotate`.`id` = `wp_adrotate_linkmeta`.`ad` AND (`wp_adrotate`.`type` = 'active' OR `wp_adrotate`.`type` = '2days' OR `wp_adrotate`.`type` = '7days') GROUP BY `wp_adrotate`.`id` ORDER BY `wp_adrotate`.`id`;

L’opposition congolaise a appelé jeudi à des marches de protestation le 26 octobre, à moins de deux mois des élections prévues le 23 décembre 2018. Elle continue de dénoncer l’utilisation des machines à voter et demande le nettoyage du fichier électoral « d’au moins 10 millions d’inscrits sans empreintes digitales ». 

Dans une déclaration, l’opposition a condamné « le comportement non-conciliant et pour le moins méprisant du président de la commission électorale (NDLR/ CENI)» envers les candidats à la présidentielle à l’occasion d’une réunion tenue mercredi dernier. Corneille Nangaa, président de la Ceni, aurait refusé un débat juridique sur la fameuse « machine à voter » qualifiée par l’opposition de « machine à voler ». « Ceux qui ne veulent pas qu’on ait une discussion technique peuvent partir », aurait-il déclaré d’après plusieurs participants.

Sept leaders de l’opposition ont également annoncé « la tenue d’un grand meeting à Lubumbashi ce samedi 13 octobre ». L’opposition demande une « concertation » sur « la légalité de la machine à voter et la radiation de près de 10 millions d’électeurs sans empreintes du fichier électoral ».

Le communiqué est signé par quatre candidats à l’élection présidentielle (Félix Tshisekedi, Martin Fayulu, Vital Kamerhe, Freddy Matungulu) et trois opposants qui n’ont pas pu se présenter (Moïse Katumbi, Jean-Pierre Bemba et Adolphe Muzito).

L’ONU qui a dépêché à Kinshasa une mission du Conseil de sécurité a « appelé par le dialogue à trouver les voies d’un consensus le plus large possible permettant de créer les conditions d’élections réellement crédibles et transparentes, se déroulant dans un climat apaisé ».

Déjà deux fois reportées, les élections présidentielle, législatives et provinciales du 23 décembre doivent organiser la succession du président Joseph Kabila après 18 ans à la tête du pays.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.