Filière laitière: Une progression soutenue

Erreur de la base de données WordPress : [Got error 28 from storage engine]
SELECT `wp_adrotate`.`id`, `wp_adrotate`.`title`, `wp_adrotate`.`bannercode`, `wp_adrotate`.`image`, `wp_adrotate`.`tracker`, `wp_adrotate_linkmeta`.`group` FROM `wp_adrotate`, `wp_adrotate_linkmeta` WHERE ( `wp_adrotate_linkmeta`.`group` = 1) AND `wp_adrotate_linkmeta`.`user` = 0 AND `wp_adrotate`.`id` = `wp_adrotate_linkmeta`.`ad` AND (`wp_adrotate`.`type` = 'active' OR `wp_adrotate`.`type` = '2days' OR `wp_adrotate`.`type` = '7days') GROUP BY `wp_adrotate`.`id` ORDER BY `wp_adrotate`.`id`;

La production de la filière lait serait passée de 1,25 milliard de litres en 2007 à 2,5 milliards actuellement, soit le double de l’offre au niveau national. C’est ce qu’a révélé en marge du SIAM, Aziz Akhannouch, ministre de l’Agriculture. Pour ce dernier, cette évolution a été réalisée grâce aux investissements dans le secteur, à la dynamique des professionnels et au soutien de l’Etat qui a oeuvré pour améliorer la productivité, mais également de la bonne structuration des opérateurs du secteur et la présence des entreprises de renommée internationale et marocaines, qui font la fierté du pays. En effet, le Gouvernement et la Fédération Interprofessionnelle Marocaine du Lait (FIMALAIT) avaient établi un Contrat-Programme (2010-2014) qui constitue le cadre de référence pour le développement et la mise à niveau de la filière lait. Ce programme visait le développement de la productivité pour atteindre les standards internationaux à travers l’augmentation massive de la production à des coûts compétitifs. L’objectif est de produire 3 milliards de litres en 2014 et de produire 4,5 milliards de litres de lait à l’horizon 2020, pour un investissement global de 12 milliards de dirhams, soit une croissance annuelle de 15 %. Concernant le défi majeur de la filière, principalement le ralentissement de la croissance de la consommation, le ministre a invité les opérateurs du secteur à communiquer davantage avec les consommateurs sur la qualité des produits et les bienfaits nutritionnels du lait et des produits laitiers. Il a également mis l’accent sur le rôle de l’ONSSA en tant que garant de la qualité, à travers le contrôle de l’utilisation des antibiotiques, en l’invitant à embaucher des nutritionnistes et à renforcer le contrôle de la collecte du lait. De son côté le président de la Fédération interprofessionnelle marocaine du lait (Fimalait), Moulay M’Hamed Loultiti, qui a relevé d’autres défis de la filière qui demandent à être traités, notamment le déséquilibre entre l’offre et la demande et les taux de la TVA applicables sur les produits laitiers. Pour rappel, le Plan Maroc Vert préconise un développement agressif de la filière laitière et vise à en faire une filière compétitive à l’horizon 2020.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.